Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape François célébrant la messe du 15 mai 2018 à la Maison Sainte-Marthe. Le Pape François célébrant la messe du 15 mai 2018 à la Maison Sainte-Marthe.  (Vatican Media)

Le Pape à Sainte-Marthe: être des évêques pour le troupeau

Lors de la messe matinale de ce mardi 15 mai 2018 à la Maison Sainte-Marthe, le Pape François a évoqué l’extrait des Actes des Apôtres dans lequel Paul prend congé des anciens de l’Église pour aller à Jérusalem, «contraint par l’Esprit». Prions pour que ce soit ainsi pour tous les évêques, a exhorté François.

Adriana Masotti – Cité du Vatican

«C’est un passage fort, un passage qui arrive au cœur ; et aussi un passage qui nous fait voir le chemin de chaque évêque au moment de se retirer.» Dans son homélie de la messe matinale, le Pape a choisi de commenter la Première Lecture d’aujourd’hui, tiré des Actes des Apôtres, un extrait qui sera poursuivi demain. 

L’examen de conscience de Paul

Ce texte raconte la réunion de Paul avec les anciens de l’Église, les prêtres, à Éphèse. Il fait une réunion du Conseil presbytéral pour prendre congé d’eux et il fait une sorte d’examen de conscience, il dit ce qu’il a fait pour la communauté et le soumet à leur jugement. Paul semble un petit peu orgueilleux, a dit François, mais pourtant, il est objectif. Il se vante seulement de deux choses : «de ses propres péchés et de la croix de Jésus-Christ qui l’a sauvé».

L’apôtre est à l’écoute de l’Esprit

Il a expliqué ensuite que «contraint par l’Esprit», il doit aller à Jérusalem. Et le Pape a précisé : «Cette expérience de l’évêque, l’évêque qui sait discerner l’Esprit, qui sait discerner quand c’est l’Esprit de Dieu qui parle et qui sait se défendre quand parle l’esprit du monde.» Paul sait qu’il est train d’aller «vers les épreuves, vers la croix, et ceci nous fait penser à l’entrée de Jésus à Jérusalem, non ? Lui, il entre pour souffrir, et Paul va vers la passion. L’apôtre, a continué François, « s’offre au Seigneur, obéissant. “Contraint par l’Esprit”. L’évêque qui va toujours de l’avant, mais selon l’Esprit Saint. Ceci est Paul.»

L’adieu: veillez sur le troupeau

L’apôtre finit par prendre congé de cette communauté, dans la douleur pour les personnes présentes, et laisse des conseils, son testament, qui n’est pas un testament mondain avec des choses à laisser :

«Il ne conseille pas : “Ce bien que je laisse, laissez-le à celui-ci, ceci à celui-là, etc… Le testament mondain. Son grand amour est Jésus-Christ. Son deuxième amour  est le troupeau. “Veillez sur vous-mêmes et sur tout le troupeau”. Faites la veille sur le troupeau; soyez des évêques pour le troupeau, pour prendre soin du troupeau, et non pas pour ramper dans une carrière ecclésiastique, non», a insisté le Pape François.

Le testament de Paul

Paul confie à Dieu les prêtres, sûr qu’Il prendra soin d’eux et les aidera. Ensuite, il retourne à son expérience disant qu’il n’avait pas désiré pour lui-même «ni argent, ni or, ni le vêtement de quiconque».

«Le testament de Paul est un témoignage. C’est aussi une annonce. C’est aussi un défi : “Moi, j’ai fait cette route. Vous, continuez.” Comme ce testament est loin des testaments mondains ! “Ceci, je le laisse à celui-ci, ceci à tel autre, ceci à tel autre”… Tant de biens. Paul n’avait rien, seulement la grâce de Dieu, le courage apostolique, la révélation de Jésus-Christ et le salut que le Seigneur lui avait donné.»

Le Pape pense à quand son heure viendra

«Quand moi je lis ceci, je pense à moi», a affirmé François, «parce que je suis évêque et je dois me retirer». Et il a conclu : «Je demande au Seigneur la grâce de me retirer ainsi. Et dans l’examen de conscience je ne sortirai pas vainqueur comme Paul… Mais le Seigneur est bon et miséricordieux… Je pense aux évêques, à tous les évêques. Que le Seigneur nous donne la grâce à nous tous de pouvoir nous retirer ainsi, avec cet esprit, avec cette force, avec cet amour pour Jésus-Christ, avec cette confiance dans l’Esprit Saint.»

15 mai 2018, 12:43
Tout lire >