Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape célébrant la messe du 5 février 2018 à la Maison Sainte-Marthe. Le Pape célébrant la messe du 5 février 2018 à la Maison Sainte-Marthe. 

Homélie à Sainte-Marthe: apprendre à adorer en silence

Lors de la messe de ce lundi matin à la Maison Sainte-Marthe, concélébrée avec les nouveaux curés du diocèse de Rome, le Pape a invité à prendre du temps pour la prière d’adoration, la meilleure voie pour l’écoute et le pardon.

Debora Donnini – Cité du Vatican

Avancer, dans une chemin en sortie, vers la prière d’adoration, avec la mémoire de l’élection et de l’alliance, dans le cœur. C’est l’invitation adressée ce matin par le Pape François lors de l’homélie de la messe à la Maison Sainte-Marthe. La réflexion est partie de la Première Lecture du jour, tirée du Livre des Rois, dans laquelle on raconte que le roi Salomon a convoqué le peuple pour monter vers le Temple, afin de faire monter l’arche d’alliance du Seigneur.

 

L’alliance ne dépend pas de prescriptions baroques

Ce chemin en montée, à l’inverse du chemin sur terrain plat, n’est pas toujours facile. Un chemin en montée pour porter l’alliance, durant lequel le peuple avait assumé sa propre histoire, «la mémoire de l’élection». Il portait deux tables de pierre, nue, comme elle avait été donnée par Dieu, «et non pas comme ce peuple l’avait appris des scribes», qui l’avaient «baroquisée», rendue baroque, «avec tellement de prescriptions». «L’alliance nue : “moi, je t’aime, et toi, tu m’aimes” : le premier commandement, aimer Dieu, et le deuxième, aimer le prochain. Dans l’arche, en fait, il n’y avait rien, si ce n’est deux tables de pierre.»

 

Le Pape demande aux curés d’enseigner la prière d’adoration

Ils ont donc introduit l’arche dans le sanctuaire et dès que les prêtres furent sortis, la nuée, la gloire du Seigneur, a rempli le Temple. Alors le peuple est entré en adoration, «des sacrifices qu’il faisait dans le chemin en montée au silence, à l’humiliation de l’adoration». Le Pape a déploré une insuffisante éducation du peuple à l’adoration.

«Oui, nous leur apprenons à prier, à chanter, à louer Dieu, mais à adorer… La prière de l’adoration, celle qui nous annihile sans nous annihiler : dans l’annihilation de l’adoration, celle-ci nous donne noblesse et grandeur. Et j’en profite, aujourd’hui, avec de nombreux curés de récente nomination, pour vous dire : enseignez au peuple l’adoration silencieuse». Le Pape a donc exhorté à essayer dès maintenant de faire ce que nous ferons au Ciel : la prière d’adoration.

Un chemin en sortie avec la mémoire de l’élection

«Mais seulement, nous pouvons arriver là avec la mémoire d’avoir été élus, d’avoir dans le cœur une promesse qui nous pousse à aller avec l’alliance dans la main et dans le cœur, et toujours en chemin : un chemin difficile, un chemin en montée, mais un chemin vers l’adoration.»

Écouter et pardonner

Devant la gloire de Dieu, les mots disparaissent, on ne sait pas quoi dire, a noté François. Comme on le raconte dans la Liturgie de demain, Salomon, en effet, réussit seulement à dire deux mots : «écoute et pardonne». Le Pape, en conclusion, a donc invité à « adorer en silence avec toute l’histoire : «écoute et pardonne».

«Cela nous fera du bien, aujourd’hui, de prendre un peu de temps de prière, avec la mémoire de notre chemin, la mémoire des grâces reçues, la mémoire de l’élection, de la promesse, de l’alliance, et chercher à monter, vers l’adoration, et au milieu de l’adoration, avec beaucoup d’humilité dire seulement cette petite prière : “écoute et pardonne”.»

05 février 2018, 12:03
Tout lire >