Version Béta

Cerca

VaticanNews
Le Pape célébrant la messe à Sainte-Marthe, le 1er février 2018. Le Pape célébrant la messe à Sainte-Marthe, le 1er février 2018.  (Vatican Media)

Homélie à Sainte-Marthe : la conscience de la mort doit nous aider à vivre

La pensée de la mort nous sauve de l’illusion d’être maîtres du temps : le Pape l’a rappelé lors de son homélie de ce matin à la Maison Sainte-Marthe.

Roberta Gisotti – Cité du Vatican

«Nous, nous ne sommes ni éternels ni éphèmères : nous sommes des hommes et femmes en chemin dans le temps, le temps qui commence et le temps qui finit.» Inspiré par le passage du Premier Livre des Rois sur la mort de David, François a invité «à prier et à demander la grâce du sens du temps», pour ne pas rester «prisonniers» du moment présent. «La mort est un fait qui nous touche tous, a rappelé le Pape, tôt ou tard, mais elle arrive».

«Mais il y a la tentation du moment où l’on devient maître de la vie et t’amène à avancer en tournant dans ce labyrinthe égoïste du moment sans futur», a averti le Pape. «Et le chemin finit dans la mort, nous le savons tous. Et donc l’Église a toujours cherché à faire réfléchir sur notre fin», a-t-il précisé. 

«Moi, je ne suis pas le maître du temps»«répéter cela aide», a expliqué François, parce que «cela nous sauve de cette illusion du moment, de prendre la vie comme un chaîne d’anneaux de moments, qui n’a pas de sens»«Moi, je suis en chemin et je dois regarder devant», mais aussi considérer, a expliqué le Pape, que «la mort est un héritage», non pas l’héritage matériel, mais celui du témoignage.

Et il faut se demander : «Quel héritage je laisse si Dieu m’appelle aujourd’hui ? Quel héritage je laisserai comme témoignage de vie ? C’est une belle question à se poser. Et ainsi, nous préparer parce qu’aucun de nous ne restera comme une relique. Non, nous tous, nous irons sur cette voie.»

Enfin, «la mort est une mémoire», une «mémoire anticipée» pour réfléchir : «Quand moi je mourrai, qu’est-ce que j’aimerais faire aujourd’hui pour cette décision que je dois prendre aujourd’hui, dans la façon de vivre d’aujourd’hui ? C’est une mémoire anticipée qui illumine le moment d’aujourd’hui. Illuminer avec le fait de la mort les décisions que je dois prendre chaque jour.» «Se sentir en chemin vers la mort nous fera du bien à tous», a conclu le Pape François.

(Traduction en français de Cyprien Viet)

01 février 2018, 17:14