Recherche

Vatican News
Les 44 pays réunis au château de Prague, le 6 octobre 2022. Les 44 pays réunis au château de Prague, le 6 octobre 2022.   (AFP or licensors) Les dossiers de Radio Vatican

Quel avenir pour la Communauté politique européenne?

Le 6 octobre, la première rencontre de cette nouvelle structure a rassemblé 44 pays d'Europe centrale et orientale pour une première réunion informelle. Objectif, ouvrir un espace de dialogue multilatéral et bilatéral. Décryptages des enjeux de cette formation voulue par le président français.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel - Cité du Vatican

Le 9 mai dernier, à l’occasion de la journée de l’Europe, le président français Emmanuel Macron lançait l’idée d’une «communauté politique européenne», une idée proposée en écho aux récentes demandes d’adhésion à l’Union Européenne de trois pays: l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie. 

Cette communauté politique fait écho à ce qu’avait proposé François Mitterand en 1989, à savoir une «confédération européenne». L’idée n’avait pas abouti, mais le contexte géopolitique de l’Europe était bien différent, alors que l'Union soviétique vivait ses derniers feux. 

Un espace de discussion

Le 6 octobre dernier, la première réunion de la CPE s’est donc tenue au château de Prague, sous présidence tchèque de l’Union européenne et a rassemblé pas moins de 44 pays pour une photo historique. Étaient notamment présents les chefs d'État ou de gouvernement des 27 pays de l'Union européenne, la Grande-Bretagne, la Turquie ou encore des pays des Balkans et d'Europe centrale comme l'Arménie et l'Azerbaïjan. Ces deux pays ont d'ailleurs pu établir un contact alors qu'ils sont en guerre dans la région du Haut-Karabakh.

La guerre en Ukraine et ses conséquences étaient sans suprise en toile de fond de la rencontre de Prague, mais cette réunion a permis aussi d’aborder d’autres dossiers et de créér des relations bilatérales. Si un calendrier des prochaines rencontre a été dévoilé, la question de l'avenir de cet ensemble géopolitique aux contours encore flous reste d'actualité, comme l'explique Sébastien Maillard, directeur de l'Institut Jacques Delors à Paris.

Entretien avec Sébastien Maillard, directeur de l'Institut Jacques Delors
20 octobre 2022, 13:43