Recherche

Un véhicule brûlé dans les rues d'Almaty, le 9 janvier. Un véhicule brûlé dans les rues d'Almaty, le 9 janvier.   (ANSA)

Les racines de la révolte au Kazakhstan

Si le calme semble revenir après une semaine de violentes émeutes dans le pays, les maux de cette république d'Asie centrale sont profonds. Éclairage de Marie Dumoulin, chercheuse au Conseil européen des relations internationales (ECFR).

Entretien réalisé par Olivier Bonnel - Cité du Vatican

La situation s’est calmée ce lundi après une semaine de manifestations violentes au Kazakhstan. Les images des émeutes contre le palais présidentiel et de manifestants s’affrontant avec la police ont fait le tour du monde dans un pays peu habitué aux feux de l’actualité, en particulier à Almaty la capitale économique du pays. Une journée de deuil était observée ce lundi dans le pays. 

La police a tiré à balles réelles sur les manifestants, faisant au moins 160 morts et pas moins de 8000 personnes ont par ailleurs été arrêtées. Lors d’une réunion virtuelle organisée ce lundi en présence de son homologue russe Vladimir Poutine et de ses autres alliés lors d'une réunion des chefs d'État des membres de l'organisation du traité de sécurité collective, le chef de l’état kazakhe Kassym-Jomart Tokaïev a expliqué que les émeutiers n’avaient un autre but qu’une tentative de «coup d’État».

«Saper l'ordre constitutionnel»

« Tous les événements depuis le début de cette année font partie d’un plan préparé de longue date, a-t-il expliqué. Des militants armés qui attendaient en coulisses ont rejoint les manifestations. Leur but principal était évident : la sape de l'ordre constitutionnel, la destruction des institutions gouvernementales et la prise du pouvoir». 

Immense pays d’Asie centrale, grand comme 5 fois et demi la France, coincé entre Chine et Russie, le Kazakhstan est un pays méconnu, riche en hydrocarbure et dont l’histoire politique récente est pour le moins mouvementée. La situation reste très fragile. Comment expliquer cette explosion de violence ? L’éclairage de Marie Dumoulin, directrice du programme Europe élargie du Conseil européen des relations internationales (European Council on Foreign Relations)

Entretien avec Marie Dumoulin
10 janvier 2022, 15:25