Recherche

Vatican News
Des volontaires de la Caritas italienne préparent des repas pour des personnes dans le besoin. Des volontaires de la Caritas italienne préparent des repas pour des personnes dans le besoin.  

Journée du refus de la misère: augmentation des jeunes pauvres en Italie

La branche italienne de l’ONG catholique Caritas a présenté son rapport sur la pauvreté et l’exclusion sociale en 2020. La pandémie de Covid-19 a créé une nouvelle poche de pauvreté dans la péninsule.

Les chiffres du 20e «Rapport sur la pauvreté et l’exclusion sociale» de la Caritas Italie sont empreints de la crise liée à la pandémie de coronavirus. En 2020, 44% des personnes ayant sollicité l’aide de l’ONG catholique le faisaient pour la première fois.

La péninsule italienne compte un million de pauvres de plus qu’avant la pandémie, soit 5,6 millions de personnes, ce qui représente 2 millions de ménages, rapporte la Caritas dans son rapport publié à la veille de la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, qui se tient ce dimanche 17 octobre. 

Les jeunes particulièrement touchés

Depuis des années, souligne la Caritas, «la pauvreté absolue est étroitement corrélée à l'âge, c'est-à-dire qu'elle tend à augmenter à mesure que l'âge diminue, à tel point que l'incidence la plus élevée est enregistrée chez les enfants et les jeunes de moins de 18 ans». Pour rappel, une personne en «pauvreté absolue» selon le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), ne dispose pas de la quantité minimale de biens et services permettant une vie décente, ne peut pas accéder à un minimum vital dans une société donnée.

Ces douze derniers mois, la pauvreté absolue chez les jeunes et les enfants a augmenté, détaille le rapport de la Caritas, «la pauvreté des enfants est en fait la forme la plus inégale de l’inégalité, car elle met en péril le présent et en même temps l'avenir» de ces mineurs.

Augmentation de la pauvreté chronique

La crise sociale et sanitaire a également exacerbé la pauvreté préexistante : la Caritas note «une augmentation du nombre de personnes en situation de pauvreté chronique qui sont prises en charge depuis cinq ans ou plus (même de manière intermittente), tandis que l'âge moyen des personnes rencontrées est de 46 ans, comme avant la pandémie». À noter que plus de la moitié des personnes qui ont demandé de l'aide ont un certificat d'études secondaires, un pourcentage qui passe à 65,3 % chez les Italiens. 30% des personnes soutenues par l’association disent recevoir le revenu de citoyenneté mis en place par le gouvernement italien en mars 2019 pour lutter contre la pauvreté rampante dans le pays, en revanche seulement 9% des étrangers en lien avec la Caritas le reçoivent.

Une lueur d’espoir cependant : dès les premiers mois de 2021, 70% des personnes qui avaient sollicité la Caritas pour la première fois en 2020 ne sont plus revenues auprès de l'association, mais l’ONG reste très préoccupée, «Nous ne pouvons pas ne pas nous inquiéter pour les 30% de personnes qui n'arriveront toujours pas en 2021 à sortir de la misère et qui risquent de voir leur condition s'aggraver».

16 octobre 2021, 11:09