Recherche

Vatican News
Le 19 juin 2021, dans la bande de Gaza, une femme peint le drapeau palestinien sur le visage des enfants. Le 19 juin 2021, dans la bande de Gaza, une femme peint le drapeau palestinien sur le visage des enfants.   (AFP or licensors)

Parler de résilience pour les Gazaouis est «presque indécent»

De retour de Palestine et d’Israël, le directeur Moyen-Orient du CICR (Comité International de la Croix-Rouge) revient sur le traumatisme vécu par la population lors de la guerre éclair entre les deux pays en mai dernier, qui a fait 283 morts côté palestinien dont plus d’une soixantaine d’enfants, et 15 côté israélien, dont deux enfants.

Marine Henriot – Cité du Vatican

41 km de long sur la côte orientale de la mer Méditerranée, plus de deux millions d'habitants, une densité de 5 479 habitants au kilomètre carré. Gaza est un espace confiné, détruit, où règne un sentiment de choc et de traumatisme: «Nous avons rarement vu ça», soupire Fabrizio Carboni, directeur Moyen-Orient de CICR. La Croix-Rouge est pourtant présente sur place depuis des décennies mais la recrudescence du conflit de mai 2021 est la plus violente depuis la guerre de l’été 2014, «un choc collectif», estime Fabrizio Carboni, tout juste de retour de Gaza, des territoires palestiniens occupés et d’Israël.

Dans la bande de Gaza, la population ne peut pas fuir, explique-t-il, les frappes sont imprévisibles, «la chose la plus dure est de voir les personnes s’inquiéter pour leurs proches, ils ne savent comment ils vont, où tombera la prochaine frappe». Et l’intensité des bombardements, qui marque profondément. Gaza a été pilonnée par Israël pendant onze jours. Plus de 4 000 roquettes ont été tirées par le Hamas et le Jihad Islamique en direction d’Israël, dont 90% furent stoppés par le bouclier antimissiles.

Pas de perspective politique

Dans cette guerre asymétrique, la population, côté israélien et palestinien, est prise en étau. «La situation est tellement polarisée que lorsqu’on parle de la détresse d’une partie, l’autre partie a le sentiment qu’on lui prend se détresse», détaille Fabrizio Carboni. «Et tout cela pourquoi?», demandent les civils. Tant que l’enjeu politique et de l’occupation n’est pas résolu, de manière optimale pour la population, le conflit est interminable, détaille le CICR. «On ne voit pas de perspective politique, d’ouverture, seulement des discours liés à la sécurité, à la force, à la contrainte. Tout cela n’a pas vraiment réussi jusqu’à présent».  

«Les habitants de Gaza ont été durement éprouvés par la dernière vague d'hostilités. Chaque nouvel épisode de violence aggrave encore leur situation, les privant une nouvelle fois de leurs moyens de subsistance et de leurs maisons. Ils en ont assez des discours sur la résilience, qui ne servent qu'à masquer le fait qu'ils n'ont pas d'autre choix que de faire chaque fois avec le peu qu'il leur reste», peut-on lire dans le communiqué du CICR publié le 3 juin 2021. En effet, abonde Fabrizio Carboni, «la résilience est presque mise en avant comme une excuse pour ne pas voir ce qui est en face de nous. Parler de résilience des Gazaouis sur les 15 dernières années, cela en est presque indécent»

Sur place, le CICR s’attend à deux ou trois ans de travail pour reconstruire ce qui est tombé ou retombé sous les raids de mai dernier. Durant la guerre, le Comité est resté actif, notamment dans l’assistance aux hôpitaux et pour aider les services publics à maintenir un minimum de service comme l’eau et l’électricité. Aujourd’hui, les urgences sont notamment de rétablir le réseau d’électricité et aider les petits artisans à survivre, «chaque fois qu’un artisan emploie quelqu’un, c’est une famille qui est couverte». La Croix Rouge aide également aux déminages, à la sécurisation des endroits dangereux et s’occupe d’informer pour protéger la population, dont la densité très élevé à Gaza complique la tâche titanesque. «Tout cela avec l’idée de respecter la dignité des gens. Je ne souhaite a personne de recevoir de l’aide humanitaire, cela frole l’humiliant», commente Fabrizio Carboni, «il faut s’assurer au plus vite qu’on puisse donner aux gens les moyens d’être autonome, mais cela est très difficile dans un endroit confiné comme Gaza».

Entretien avec Fabrizio Carboni, directeur Moyen-Orient du CICR
22 juin 2021, 10:38