Recherche

Vatican News
"La Cène" de Léonard de Vinci, réalisée de 1495 à 1498 pour le réfectoire du couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie à Milan. "La Cène" de Léonard de Vinci, réalisée de 1495 à 1498 pour le réfectoire du couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie à Milan. 

Italie: réouverture au public de "la Cène" de Léonard de Vinci à Milan

Travaux de conservation, de restauration, nouvel éclairage et un musée plus accueillant et attentif à la protection de la Création. À l'occasion de la réouverture, mardi 9 février, du réfectoire de l’église Santa Maria delle Grazie à Milan, où est conservée "La Cène" de Léonard de Vinci, la direction des Musées de Lombardie a annoncé une série de nouveautés.

La première de toutes ces nouveautés est tout d'abord celle de pouvoir revenir profiter du chef d'œuvre de la Renaissance. Les billets d’entrées peuvent s’acheter en ligne, ils prévoient des visites entre 9h30 à 18h30 par tranche de 15 minutes pour un maximum de 12 visiteurs jusqu'au 12 février; puis, 18 visiteurs à partir du 16 février.  

Dans les prochains mois, La Cène fera également l'objet d'importantes interventions visant à intensifier le contrôle de «l'état de santé» du chef d'œuvre de Léonard de Vinci représentant le dernier repas entre Jésus-Christ et les apôtres. La Cène est située dans la salle à manger d'origine de l’ancien couvent dominicain qui appartient à l’église Santa Maria delle Grazie, et plus précisément dans le réfectoire du couvent. 

L’usure du temps

Pour réaliser ce travail unique, Léonard de Vinci a fait une étude approfondie en créant un nombre infini de dessins préparatoires. En abandonnant la technique traditionnelle de la fresque, l'artiste a représenté une scène «a secco» sur le mur du réfectoire. On a trouvé des traces des feuilles métalliques d’or et argentées y compris des détails précieux qui montrent bien la volonté de l’artiste de créer des personnages plus réels. La technique utilisée et l’environnement ont contribué à la détérioration de la fresque qui a été rénovée de nombreuses fois. 

 

En plus de la surveillance de la qualité de l'air dans le réfectoire et des aspects statiques du mur de La Cène, de nouvelles enquêtes de diagnostic ont été lancées pour vérifier l'état réel et actuel de la surface peinte. L'une des nouveautés est aussi une campagne de relevés multispectraux qui permettra de détecter la présence éventuelle de traces non perceptibles sur le tableau et sera intégrée à celles déjà en cours. Un accord a été signé avec l'Université polytechnique de Milan pour la collecte de ces informations.

Restauration et conservation

La fresque de la Crucifixion peinte par Donato Montorfano dans le réfectoire de Santa Maria delle Grazie est souvent elle restée dans l'ombre par rapport au chef-d'œuvre de Léonard. Le récent époussetage du mur effectué entre novembre et décembre lors de la fermeture imposée par la pandémie, a mis en évidence la nécessité d'un travail de conservation. Le grand tableau, de 9 mètres de haut et 5 mètres de large, fera bientôt l'objet d'une restauration à ciel ouvert: le public pourra observer le travail en cours sur des échafaudages mobiles qui permettront de réaliser les travaux sans compromettre la contemplation de l'œuvre d'art.

Exemple typique de la peinture lombarde, le tableau était à l'origine très richement décoré de finitions métalliques argentées et dorées. La campagne d'images en lumière multispectrale et ultraviolette a mis en évidence l'aspect le plus étincelant de la surface picturale.

Par ailleurs, dès l'automne 2021, le réfectoire de Santa Maria delle Grazie, l'un des premiers sites italiens à avoir été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1980, sera équipé d'un nouvel éclairage. La lumière deviendra le leitmotiv du récit pictural: elle aura un impact fonctionnel sur la conservation de l'œuvre et améliorera en même temps l'expérience du visiteur.

Refonte écologique et sociale

La directrice des Musées de Lombardie, Emanuela Daffra, souligne également que «d'ici la fin de cette année, la Cène sera encore plus verte. En collaboration avec la Polytechnique de Milan, le système sera renouvelé avec une centrale thermique et une production d'énergie par pompe à chaleur qui permettra de réduire les émissions et d'optimiser la production d'énergie».

Une attention particulière sera également accordée aux questions sociales cette année: pour 2021, le musée finalise un accord avec la prison de l'Opéra dans le but de faciliter la réinsertion des prisonniers et de leur offrir, ainsi qu'à leurs familles, une occasion d'approcher la culture.

Autre nouveauté, le «Cenacolo Live». Une initiative visant à rendre le musée accessible même lorsqu'il est fermé, et pour tous ceux qui vivent en dehors de la Lombardie. «Nous le considérons comme une proposition préparatoire à la rencontre en direct avec cet espace extraordinaire», déclare à ce sujet Emanuela Daffra.

Chute nette des entrées en 2020

Le Musée du Cénacle a été fermé du 26 février au 9 juin 2020, puis de novembre 2020 à aujourd'hui. L'impact économique a été spectaculaire: alors qu'il y avait auparavant 35 à 38 personnes toutes les 15 minutes, les nouvelles restrictions visant à garantir la distanciation sociale font qu'il ne sera plus possible de laisser entrer plus de 18 visiteurs à la fois. L'objectif le plus optimiste des responsables du musée est d'atteindre un niveau équivalent à 40 % des entrées de 2019, sachant que le musée demeurera fermé le week-end, conformément aux règles fixées par le gouvernement.

09 février 2021, 16:49