Recherche

Vatican News
Une famille affectée par le séisme dans la ville de Mamuju, en Indonésie. Une famille affectée par le séisme dans la ville de Mamuju, en Indonésie.  (ANSA)

Indonésie: le Pape exprime ses condoléances pour les victimes du séisme

L’Ile de Sulawesi (aussi appelée “Célèbes”, en français) a été affectée par un nouveau séisme, un petit peu plus de deux ans après le tsunami de 2018.

Cette grande île de Célèbes avait déjà été dévastée en septembre 2018 par un tremblement de terre suivi d’un tsunami, qui avait alors fait plus de 2500 morts identifiés mais aussi plus de 5000 disparus. Cette fois-ci, hier, la plus forte secousse a été de 6,2 sur l'échelle de Richter. Au moins trois glissements de terrain ont balayé plusieurs villages, emprisonnant de nombreuses personnes sous les décombres.

Les autorités déplorent des dizaines de morts et des centaines de blessés, le bilan étant malheureusement destiné à s’alourdir au fil des heures. Le manque d'électricité rend difficile l'acheminement de l'aide, ainsi que les communications.

Dans un télégramme signé par le cardinal-Secrétaire d'État Pietro Parolin et diffusé ce vendredi soir, le Pape François se dit «attristé d'apprendre les pertes tragiques de vie humaine et les destructions matérielles causées par le violent séisme en Indonésie». Il exprime sa solidarité avec tous ceux qui ont été affectés par cette catastrophe naturelle. Il «prie pour le repos de l'âme des défunts, la guérison des blessés et la consolation de tous ceux qui sont dans la peine». Le Pape exprime aussi ses encouragements pour les autorités civiles et pour les personnes impliquées dans les secours et la recherche de survivants. Il invoque sur toute la population concernée «les bénédictions divines de force et d'espérance».

La mobilisation des catholiques locaux

Les catholiques ne représentent que 2% de la population dans cette île majoritairement musulmane, mais ils se sont rapidement mobilisés pour venir en aide à la population. Les paroisses locales de Mamuju et Poliwali «ont décidé d'ouvrir immédiatement un centre d'urgence pour accueillir 15 000 personnes déplacées», tandis que de nombreux bénévoles se sont rendus «dans les endroits les plus touchés pour recueillir des informations et des données et comprendre ce qui est nécessaire», a déclaré le père Fredy Rante Taruk, directeur de Caritas Indonésie. Mais l'aide est rendue plus difficile par la pandémie de Covid-19. L'Indonésie est, en effet, le pays le plus exposé de toute l'Asie du Sud-Est, avec près de 900 000 cas de coronavirus et plus de 25 000 décès.

Heureusement, d'autres pays se mobilisent: ainsi, Caritas Italia, qui travaille en Indonésie depuis des années en synergie avec son homologue local, propose de faire un don sur le site www.caritas.it.  «Il est essentiel que tout soit mis en œuvre pour atteindre le plus rapidement possible les zones les plus périphériques et les communautés les plus vulnérables, dans l'espoir que l'équilibre entre les victimes et les dégâts ne s'aggrave pas davantage au fil des heures», explique l'organisation caritative.

15 janvier 2021, 16:46