Recherche

Vatican News
Tombes du cimetière de Manaus creusées pour les victimes de la covid Tombes du cimetière de Manaus creusées pour les victimes de la covid 

Covid : l'évêque de Manaus exhorte à la vigilance

Au Brésil, la situation sanitaire s'est détériorée à cause de la pandémie de Covid-19 à Manaus, au cœur de l'Amazonie. Face à l'atermoiement des autorités, l'évêque appelle la population à redoubler d'attention.

Vatican News

Preuve que la pandémie de Covid-19 poursuit sa progression au coeur de l'Amazonie, les autorités ont été obligées d'installer des containers frigorifiques pour entreposer les dépouilles des défunts qui ne peuvent pas l'être dans les morgues des hôpitaux de Manaus au tout début de l'année, rapporte l'agence SIR. La capitale de l'Amazonie brésilienne est touchée de plein fouet par la seconde vague de la maladie.

Le cimetière de Tarumã, déjà contraint de creuser des fosses communes en avril dernier, au plus fort de la première vague, a déjà ouvert un nouveau secteur capable d'accueillir mille tombes. En une seule journée, le 3 janvier, plus de 72 inhumations ont eu lieu dont la moitié concernait des victimes de la Covid.

Les hôpitaux débordés

La théorie selon laquelle l'immunité collective aurait été atteinte dans la métropole en début d'année dernière semble donc infondée au vue des nouvelles données. Les départements de soins intensifs des hôpitaux sont occupés à 80 %. Le gouverneur Wilson Lima a sonné l'alarme quant à l'évolution de la situation dans les prochaines semaines. Selon lui, environ 60 % des patients accueillis en soins intensifs décèdent. Sans compter que Manaus est la porte d'entrée du virus en Amazonie où vivent des populations isolées et vulnérables du point de vue épidémiologique.

 

Concernant les mesures à prendre pour ralentir la progression du virus, c'est la cacophonie. La fermeture des commerces et des activités non essentielles a été décidée puis annulée devant la protestation de la population. Mais un juge a démenti le gouverneur et a décrété le confinement qui, juridiquement, ne peut être décidé que par le gouverneur. La commune a entre temps maintenu la fermeture de la plage de Pontanegra.

Appel de l'évêque à la vigilance

La région attend, comme le reste du Brésil, l'arrivée du vaccin. Mais la campagne de vaccination semble être encore loin d'être mise en place dans cette région enclavée. En attendant, l'évêque de Manaus, Mgr Leornardo Steiner exhorte la population à la prudence: «la pandémie, qui nous accompagne depuis le début de l'année 2020, exige que nous redoublions d'attention: la distanciation, l'hygiène, l'usage du masque. Les hôpitaux et les soins intensifs sont pleins, le nombre d'inhumation est en hausse. Nous avons perçu que dans certains lieux de célébration l'attention a diminué alors que les recommandations sont toujours nécessaires. La pandémie n'est pas finie et nous nous retrouvons dans la seconde vague.»

 

05 janvier 2021, 12:10