Recherche

Vatican News
Des femmes chrétiennes devant l'église de Marie Immaculée à Lahore, au Pakistan, en mai 2020. Des femmes chrétiennes devant l'église de Marie Immaculée à Lahore, au Pakistan, en mai 2020.  (AFP or licensors)

Au Pakistan, l’Église se dresse contre l’enlèvement des filles pour des mariages forcés

Les épisodes d'enlèvements à des fins de conversions et de mariages forcés de jeunes filles appartenant à des communautés minoritaires, notamment chrétiennes et hindoues, se multiplient dans le pays, faisant de la conversion forcée un instrument important de persécution des minorités dans le pays.

L'Église a annoncé qu'elle avait l'intention d'engager des poursuites judiciaires contre la conversion des mineurs appartenant à des minorités religieuses au Pakistan, rapporte l’agence Ucanews. Cette décision intervient après qu'une mineure catholique pakistanaise, Arzoo Raja, qui a été kidnappée le 13 octobre dernier, ait été forcée d'abandonner sa foi et d'épouser un musulman de 44 ans

«Nous allons présenter une pétition pour résoudre le problème une fois pour toutes», a déclaré à UCA News le père Saleh Diego, directeur diocésain de la Commission nationale pour la justice et la paix et vicaire général de l'archidiocèse de Karachi. Avec toutes les communautés chrétiennes du Pakistan, «nous nous battrons pour la justice», a-t-il assuré.

«Au Pakistan, chaque enfant de moins de 18 ans suit ou pratique la religion de ses parents», a-t-il expliqué, en soulignant que, donc «selon l'Église et les lois internationales, aucun enfant ne peut changer de religion».

Les mariages forcés, une arme de conversion à l’islam

Le nouveau Comité de coordination pour le droit et la justice, dirigé par le cardinal Joseph Coutts, a également condamné fermement, dans une déclaration du 8 novembre, le phénomène des enlèvements à des fins de conversion et de mariage forcés de jeunes filles appartenant à des minorités religieuses.

Au Pakistan, les minorités sont confrontées à des niveaux élevés de discrimination et à des cas de véritables persécutions en raison de leurs aveux. Selon un rapport publié en 2014 par le Mouvement pour la solidarité et la paix, environ 1 000 femmes du pays, pour la plupart chrétiennes et hindoues, sont converties de force à l'islam chaque année. Dans une étude détaillée publiée l'année dernière, la Commission populaire pour les droits des minorités et le Centre pour la justice sociale ont documenté 156 cas de conversions forcées entre 2013 et 2019.

Vatican News Service - AP

10 novembre 2020, 17:37