Recherche

Vatican News
Joe Biden élu 46e président des Etats-Unis Joe Biden élu 46e président des Etats-Unis  (AFP or licensors)

Joe Biden élu président des États-Unis

Selon les médias américains, le candidat démocrate à la Maison Blanche s'est imposé dans l'État de Pennsylvanie, une victoire qui lui permet d'obtenir le soutien de plus de 270 grands électeurs américains et de remporter l'élection présidentielle face au président sortant, Donald Trump qui conteste ce résultat. Il deviendra président le 20 janvier prochain. Sa colistière, Kamala Harris, entrera dans l’Histoire en devenant la première femme à accéder à la vice-présidence.

Après quatre jours de suspense, l'ancien vice-président de Barack Obama a franchi le seuil de 270 grands électeurs grâce à sa victoire dans l'État de Pennsylvanie, puis du celui du Nevada. Joe Biden remporte ainsi l'élection présidentielle américaine, selon les projections des grands médias locaux AP, CNN et le New York Times, suivis, quelques minutes plus tard, de Fox News. Le décompte des voix se poursuit encore dans quatre États: en Géorgie, en Arizona, en Caroline du Nord et en Alaska. Avant la fin du décompte, Joe Biden a changé son profil sur Twitter, se qualifiant désormais de «président élu».

Celui qui deviendra, le 20 janvier 2021, le 46ème président des États-Unis, a promis, sur le réseau social, d'être le président «de tous les Américains». «Il est temps de laisser derrière nous la colère et la rhétorique enflammée et nous rassembler», a-t-il ajouté.

Dans un discours prononcé depuis son fief Wilmington en Caroline du Nord, il a remercié la «coalition large et diverse» qui a porté sa candidature, rendant hommage aux Afro-Américains, qui ont joué un rôle central dans sa victoire. «Ils me soutiennent toujours, comme je les soutiendrai.» Sans un mot pour le président sortant Trump, Joe Biden a tendu la main aux électeurs du président républicain dont il a dit comprendre la «déception». «Voyons-nous, parlons-nous», «donnons nous une chance», a-t-il déclaré, ajoutant qu'il était «temps de panser les plaies» du pays et d'en finir avec les «diabolisations».

Sa colistière qui va devenir vice-présidente des États-Unis s'est, elle aussi, exprimée dans la nuit, rendant hommage aux femmes qui ont «ouvert la voie» à son élection, assurant qu'elle ne serait «pas la dernière». La sénatrice démocrate Kamala Harris était vêtue d'un ensemble blanc qui symbolisait le mouvement des suffragettes. Elle a rendu hommage à sa mère, Shyamala Gopalan Harris, arrivée d'Inde aux Etats-Unis à l'âge de 19 ans. Et elle a par ailleurs salué celles «qui ont sacrifié tant pour l'égalité, la liberté et la justice pour tous, y compris les femmes noires, qu'on regarde trop souvent de haut, mais qui si souvent prouvent qu'elles sont la colonne vertébrale de notre démocratie».

Né dans une famille catholique aux conditions sociales modestes, Joe Biden fut un des plus jeunes parlementaires à faire son entrée au Sénat, à 29 ans, en 1972. Quelques semaines plus tard, il perd sa femme et sa fille dans un accident de la route, songe à se retirer de la vie politique pour devenir prêtre, avant de reprendre la route du Sénat. Il devient un symbole de résilience. Après plusieurs décennies de vie politique, il devient le vice-président de Barack Obama en 2008.

Douze ans plus tard, à 77 ans, il est choisi lors de la primaire démocrate comme candidat pour affronter le républicain Donald Trump lors de la présidentielle du 3 novembre. Il est donc élu à presque 78 ans. Il sera le président le plus âgé à faire son entrée à la Maison Blanche. Il sera aussi le premier président catholique dans le bureau ovale depuis l'élection de John F. Kennedy, en 1961.

Quelques minutes après l'annonce de ces résultats, des milliers de personnes ont afflué vers la Maison Blanche pour fêter la victoire du candidat démocrate. 

Un résultat contesté

Si la victoire de Joe Biden annoncée par les médias est saluée par le président français ou le Premier ministre britannique, elle est contestée par le président sortant. Donald Trump l'a accusé de se «précipiter pour se présenter faussement» en vainqueur de l'élection, assurant que celle-ci est «loin d'être terminée». Selon lui, Joe Biden ne veut pas que «la vérité éclate», écrit-il ce samedi soir dans un communiqué. Quelques heures plus tôt, il affirmait sur Twitter, et en lettres majuscules, avoir «gagné cette élection, et de beaucoup !».  

Dès lundi, il promet de déposer de nouveaux recours «devant les tribunaux pour s'assurer que les lois électorales soient pleinement respectées».

Dans le camp républicain plusieurs recours sont envisagés pour le recomptage des bulletins de vote dans les États où l’écart est très serré entre les deux candidats; ce sera le cas notamment en Géorgie où l’avance du candidat démocrate est inférieure à dix mille voix.

Après quatre ans de pouvoir, Donald Trump a profondément transformé le parti républicain et acquis une base électorale solide, plus importante même qu'en 2016, l'année de son élection. Il a remporté les votes de plus de 70 millions d'électeurs, soit 47,7% des suffrages. 

Depuis la Seconde Guerre mondiale, seuls deux hôtes de la Maison Blanche n'ont pas été réélus par les électeurs américains: Jimmy Carter en 1980 et George H. W. Bush en 1992.

07 novembre 2020, 18:04