Recherche

Vatican News
Joe Biden et Donald Trump, au coude-à-coude d'après le dépouillement des votes en cours Joe Biden et Donald Trump, au coude-à-coude d'après le dépouillement des votes en cours  

Élection présidentielle américaine: un duel serré à l’issue encore incertaine

Des dizaines de millions d’Américains se sont rendus aux urnes, ce mardi 3 novembre, pour désigner leur prochain président. Le président sortant Donald Trump et son rival démocrate Joe Biden sont au coude à coude. Les résultats définitifs ne sont pas encore connus, mais de premières tendances se dégagent. Analyse.

Entretien réalisé par Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Les Américains ne savent pas encore ce soir qui de Donald Trump ou de Joe Biden occupera la Maison Blanche pour les quatre années à venir.  Le dépouillement des votes de l’élection présidentielle se poursuit dans plusieurs États. À mesure qu’arrivent les résultats, il ressort que ce scrutin est extrêmement serré.

Résultats attendus dans des États pivots

Joe Biden compte pour l’heure 238 grands électeurs, selon les projections, contre 213 pour Donald Trump. En raison d'une très forte mobilisation des électeurs, dont plus de 100 millions ont voté en avance, certains États n'ont pas achevé leur dépouillement.

Les résultats de la Pennsylvanie (20 grands électeurs), du Michigan (16), de la Géorgie (16), de la Caroline du Nord (15) et du Wisconsin (10), où les deux candidats étaient au coude-à-coude avant l'élection, ne sont pas encore connus. Ces États pivots devraient faire basculer l'élection. 

Aux États-Unis, le collège électoral qui désigne le président est composé de 538 grands électeurs et, pour être élu, un candidat doit donc obtenir les voix d’au moins 270 d’entre eux.

Trump menace de saisir la Cour Suprême

Sur les réseaux sociaux ou à l’écran, les discours des deux candidats rivaux sont optimistes, voire menaçants concernant Donald Trump. Le candidat a lui revendiqué mercredi avoir «gagné» l'élection présidentielle face à son rival, même si le décompte n'est pas achevé dans plusieurs Etats-clés. «Nous avons gagné l'élection», a-t-il déclaré lors d'une brève allocution prononcée au petit matin depuis les salons de la Maison Blanche. Évoquant une «fraude» sans livrer aucun élément concret, il a assuré vouloir saisir la Cour suprême, sans préciser sur quel motif.

Un peu plus tôt, Joe Biden s'était montré confiant lors d'un discours dans son fief de Wilmington, dans le Delaware. «Gardez la foi, nous allons gagner ! (...) Nous pensons que nous sommes en bonne voie de gagner cette élection», a-t-il déclaré, en appelant ses partisans à la patience.

Un peu plus tard, la cheffe de campagne de Joe Biden a jugé «scandaleux» et «sans précédent» les propos de Donald Trump.

Mais si le nom du vainqueur n’est pas encore connu, un élément est certain à la vue des premiers résultats: la «vague bleue» n’a pas eu lieu, contrairement à ce que prédisaient certains en faveur du candidat démocrate. Une analyse partagée par Alexis Rapin, chercheur à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand de l’Université de Québec à Montréal. 

Entretien avec Alexis Rapin

(Avec lemonde.fr et AFP)

04 novembre 2020, 10:23