Recherche

Vatican News
Magnus McFarlane-Barrow saluant le Pape en 2016 lors d'une audience générale. Magnus McFarlane-Barrow saluant le Pape en 2016 lors d'une audience générale. 

“Mary's Meals”, une organisation orientée sur la joie de donner

Dans un nouveau livre, le fondateur de l'association caritative Mary's Meals se penche sur la bonté innée des gens et sur l'impact énorme que peuvent avoir les petits actes de gentillesse.

Lydia O'Kane – Vatican News

Combien de fois dans notre vie avons-nous entendu parler d'un acte de gentillesse commis au hasard qui a eu un impact positif sur la vie de quelqu'un ou qui a bénéficié de la générosité d'autres personnes ? Au fil des siècles, les saints, les écrivains et les Papes ont vanté le pouvoir de la charité et de la générosité pour changer et améliorer la vie des gens.

Depuis plus de trente ans, le PDG et fondateur de Mary's Meals (“les plats de Marie”), l'Écossais Magnus MacFarlane-Barrow, a consacré sa vie à faire en sorte que les enfants aient au moins un repas par jour à l'école.

Mary's Meals travaille maintenant avec des communautés dans 19 pays différents à travers le monde, fournissant des repas dans les écoles pour plus d'un million d'enfants. Dans un nouveau livre intitulé en anglais "Give : Charity and the Art of Giving Generously" (“Donner : la charité et l’art de donner avec générosité”), le fondateur de Mary's Meals examine le rôle de la philanthropie et de la générosité dans nos vies.

S'adressant à la section anglophone de Radio Vatican, il a déclaré que l'une des raisons pour lesquelles il a écrit ce livre était qu'il constatait sans cesse que les personnes qui avaient vraiment appris à donner avaient aussi tendance à «être les personnes les plus heureuses de la vie, les plus pleines de joie, les plus pacifiques».

Magnus MacFarlane-Barrow fait remarquer que l'un des risques du travail caritatif est que «vous commencez à vous identifier uniquement comme le donneur et les gens comme des récepteurs passifs, alors que la charité vraiment authentique n'est pas comme ça. Nous sommes tous des donneurs et des récepteurs... et nous devons apprendre à donner et à recevoir.»

Responsabilité et don

Au cours des derniers mois, des millions de vies ont été touchées par l'épidémie de COVID-19. De nombreuses personnes sont tombées malades, tandis que d'autres ont perdu leur emploi. Récemment, en raison de scandales, un certain nombre d'organisations caritatives ont également fait la une des journaux pour de mauvaises raisons. À la question de savoir si les gens sont de plus en plus réticents à donner, le PDG de Mary's Meals répond que si les conséquences de la pandémie ont été dévastatrices pour beaucoup, «en temps de crise et de souffrance humaine, nous voyons la bonté des gens et cette charité qui semble résider dans le cœur humain».

Il reconnaît les questions persistantes autour des organisations caritatives, liées à certains scandales ou simplement à des controverses qui ne semblent jamais disparaître, comme les frais généraux ou les salaires des PDG. Magnus MacFarlane-Barrow a souligné que les gens doivent poser des questions et attendre des organisations caritatives qu'elles soient transparentes par rapport à l’utilisation des sommes données.

Maintenant plus que jamais, ajoute-t-il, ceux qui sont en position d'autorité au sein des organisations caritatives ont la responsabilité d'être des intendants qui élèvent la place de la charité, «qui encouragent les gens à donner plutôt que de faire les choses d'une manière qui conduit les gens à devenir désillusionnés ou sceptiques ou même cyniques».

La générosité du cœur

De nombreux passages de la Bible racontent des histoires de personnes qui ont été des donateurs généreux. L'un des épisodes les plus connus raconte l'histoire de la veuve qui a donné tout ce qu'elle avait pour vivre et qui a été félicitée par Jésus pour cela. À la question de savoir si, selon son expérience, les gens qui ont moins donnent plus, le PDG a répondu que ce serait une simplification excessive de dire qu'ils le font. Cependant, il a déclaré qu'au cours de toutes ses années de travail caritatif, il a été à plusieurs reprises «stupéfait par les actes de générosité accomplis par des personnes qui n'ont presque rien matériellement».

Il a également fait remarquer que si pour certaines personnes aisées, il est plus difficile de donner gratuitement, «il existe de nombreux exemples de personnes très riches qui donnent de manière extraordinaire». «La question n'est probablement pas tant ce que nous avons, mais plutôt l'attitude par rapport à ce que l'on nous a donné».

Répondre au plan de Dieu

Rétrospectivement, après 30 ans d'activité, le fondateur de Mary's Meals déclare qu'il est maintenant plus facile de voir que Dieu avait en effet un plan pour lui et lui a montré son chemin pas à pas. «Je sens que Dieu a un plan pour chacun d'entre nous, un plan vraiment important. Nous sommes tous appelés à répondre à ce plan, à jouer notre rôle pour rendre notre monde meilleur d'une manière ou d'une autre.»

Lors de l’audience générale du 11 mai 2016, Magnus MacFarlane-Barrow avait rencontré le Pape François sur la place Saint-Pierre. Après avoir entendu parler de l'œuvre Mary's Meals, le Pape François a offert ses encouragements, en disant: «En avant! En avant! Que Dieu bénisse votre travail!».

Quatre ans après cette rencontre, le PDG a déclaré que le Pape François rappelle constamment aux gens le cœur du message de l'Évangile, qui est la charité chrétienne que nous sommes appelés à faire.

En regardant vers l'avenir, Magnus MacFarlane-Barrow déclare que Mary's Meals a toujours ce rêve «que chaque enfant de ce monde puisse au moins avoir un bon repas chaque jour dans son lieu d'éducation ; nous croyons que c'est possible, dans ce monde d'abondance, dans ce monde où nous produisons plus qu'assez de nourriture pour que nous puissions tous bien manger. Et pourtant, aujourd'hui, des enfants meurent de faim, des millions d'enfants manquent l'école à cause de la faim, à cause de la pauvreté. Alors, ce rêve, cette vision est encore plus brûlante que jamais», martèle-t-il.

02 octobre 2020, 19:33