Recherche

Vatican News
Le Palais présidentiel chilien ("La Moneda") éclairé aux couleurs du drapeau national, le 25 octobre 2020. Le Palais présidentiel chilien ("La Moneda") éclairé aux couleurs du drapeau national, le 25 octobre 2020.  (AFP or licensors)

Les évêques du Chili espèrent que la future Constitution renforcera la démocratie

Après le référendum ayant mis en lumière le choix de l'écrasante majorité des Chiliens de remplacer la Constitution actuelle, l'Église locale appelle les différents secteurs politiques à respecter la décision prise et à générer les accords nécessaires pour faciliter ce processus.

La Conférence épiscopale du Chili (CECh) se félicite de l'afflux important de personnes dans les bureaux de vote pour exprimer leur préférence lors du référendum sur la réforme de la Constitution qui s'est tenu hier, dimanche 25 octobre, dans un climat de tranquillité et de sain exercice démocratique. La majorité des Chiliens, à un taux de 78,2 % selon des résultats provisoires, ont voté pour remplacer leur Constitution actuelle rédigée sous la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990).

Dans une déclaration, rendue publique en fin d'après-midi dimanche, les évêques chiliens invitent les fidèles à promouvoir dans la nouvelle charte fondamentale les valeurs chrétiennes essentielles sur lesquelles la vie de la nation a été fondée.

«Nous invitons les catholiques à s'intéresser, à se préoccuper et à participer activement aux processus qui se rapprochent, car rien de ce qui touche à la dignité de la personne ne peut être étranger aux croyants», ont exhorté les évêques. La CECh, tout en soulignant l'organisation et la patience des Chiliens qui se sont rendus aux urnes en respectant les mesures de sécurité mises en place pour contrer la pandémie de Covid-19, réitère son appel à respecter la décision prise avec un grand esprit civique par les jeunes, les adultes et les personnes âgées.

Un nouveau chemin pour la démocratie

Ce «nouveau voyage» dans la construction du pays doit être soutenu par le rôle fondamental de la citoyenneté, insistent les évêques chiliens. Ils en appellent donc aux personnes et aux organisations citoyennes et politiques à poursuivre sur la voie du dialogue, de l'écoute des idées, des propositions et des valeurs qui seront fondamentales pour la décision que l'électorat devra prendre pour élire ceux qui rédigeront la Grande Charte en avril 2021.

 

Les évêques se réfèrent spécifiquement à l'élection des conventionnels, c'est-à-dire des personnes qui devront construire ensemble la proposition de nouvelle Constitution pour le Chili. Cette assemblée sera constituée uniquement de citoyens élus à cette fin, et il ne s'agira donc pas d’une convention mixte formée par des parlementaires et des citoyens. La structure de cette Assemblée constituante était la 2e question posée hier aux électeurs, après celle sur la légitimité ou non d'un changement de Constitution.

«Nous appelons les différents secteurs politiques à générer les accords qui incombent au Congrès pour faciliter ce processus afin qu'il soit réellement représentatif de la pluralité du Chili», exhorte l'épiscopat chilien, en faisant référence aux 155 personnes qui composeront la convention des citoyens qui rédigera la nouvelle Constitution et qui seront élues par vote populaire le 11 avril prochain. Le texte qui en résultera sera soumis à un nouveau référendum, prévu en 2022, qui sera un vote obligatoire au cours duquel les citoyens décideront de l'approuver ou de le rejeter.

Enfin, la CECh demande que la prière communautaire accompagne ce parcours démocratique afin qu'il se déroule dans la paix, le respect et le dialogue, un an après le début d’un mouvement social marqué par de nombreux affrontements violents entre les manifestants et les forces de l’ordre, et émaillé d’attaques contre les églises.

Vatican News Service - ATD

26 octobre 2020, 15:41