Recherche

Vatican News
Le lieu de l'attaque Le lieu de l'attaque  (AFP or licensors)

L'attentat de Nice bouleverse l'Europe

La mort de trois personnes, tuées dans la basilique Notre-Dame de Nice ce jeudi matin par un homme armé d'un couteau et dont les motivations semblent être liées à l'islamisme, a choqué au-delà des frontières de la France. Un peu partout en Europe, les condamnations de ce nouvel attentat se sont multipliés.

Vatican News

À peine la nouvelle parvenue, les réactions ont afflué. La chancelière allemande a exprimé la «solidarité» de l'Allemagne avec la France». «Je suis profondément bouleversée par les meurtres cruels dans une église à Nice» a déclaré Angela Merkel.

 

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a lui aussi affiché la solidarité de l'Union européenne avec la France et appelé à l'union contre «ceux qui répandent la haine». «Toute l'Europe est avec vous» a-t-il tweeté. Le président du Parlement européen, David Sassoli, a appelé les Européens à s'«unir contre la violence et ceux qui cherchent à inciter et à répandre la haine».

«La vile attaque qui s'est produite à Nice n'ébranle pas le front commun en défense des valeurs de liberté et de paix. Nos certitudes sont plus fortes que le fanatisme, la haine et la terreur» a pour sa part écrit le président du Conseil italien, Giuseppe Conte. Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a souligné que «l'Italie rejette toute forme d'extrémisme et reste aux côtés de la France dans la lutte contre le terrorisme et tout radicalisme violent».

Soutien de Londres et d'Ankara

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, dans un tweet en français, s'est dit «sous le choc» après «l'attaque barbare» de ce jeudi. «Le Royaume-Uni est aux côtés de la France pour lutter contre la terreur et l'intolérance» a-t-il ajouté.

 

Alors que les relations avec Paris se sont dégradées au cours des dernières semaines et particulièrement ces derniers jours, Ankara a «fermement» condamné l'attaque «sauvage», et exprimé sa «solidarité». «Il est clair que ceux qui ont commis une telle attaque sauvage dans un lieu de culte sacré ne peuvent s'inspirer de quelque valeur religieuse, humaine ou morale que ce soit» a écrit le ministère turc des Affaires étrangères.

En France, au-delà des réactions venus de l'Église, un message a été adressé par le président du Conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui. «Je condamne avec force l’attentat terroriste qui s’est produit près de la basilique Notre-Dame de Nice. En signe de deuil et de solidarité avec les victimes et leurs proches, j’appelle les musulmans de France à annuler toutes les festivités de la fête du Mawlid», fête qui célèbre la naissance du prophète Mahomet.

29 octobre 2020, 17:00