Recherche

Vatican News
Basilique Notre-Dame de Nice Basilique Notre-Dame de Nice  (ANSA)

Attentat dans une église à Nice

Trois personnes ont été tuées, dont une au moins égorgée, ce jeudi à Nice, dans le sud-est de la France, lors d'une attaque au couteau dans une église dont l'auteur a été interpellé, selon des sources policières. Le parquet national antiterroriste (Pnat) s'est saisi de l'enquête.

Vatican News

Deux personnes, un homme et une femme, ont été tuées dans l'église Notre-Dame et une troisième, sérieusement blessée, est décédée dans un bar proche où elle s'était réfugiée, ce jeudi matin à Nice. L'auteur a été interpellé et a été blessé lors de l'intervention de la police et transporté à l'hôpital.

Le président français s'est rendu sur place en début d'après-midi en compagnie notamment du président de la CEF, Mgr de Moulins-Beaufort. Dans son allocution devant la basilique, Emmanuel Macron a souhaité «dire le soutien de la nation tout entière aux catholiques de France et d'ailleurs». «Après l'assassinat du père Hamel à l'été 2016, c'est une nouvelle fois les catholiques qui sont attaqués dans notre pays, menacés», a ajouté le chef de l'État, se référant à l'assassinat du père Jacques Hamel en 2016. «La nation tout entière se tient à leurs côtés et se tiendra pour que la religion puisse continuer de s'exercer librement dans notre pays», a poursuivi le chef de l'État.

Les réactions à ce nouvel attentat dans une ville déjà frappée durement par le terrorisme n'ont pas tardé. «Drame à Nice. Ma prière pour les victimes et leurs proches. Dimanche, pour la Toussaint, nous entendrons le Seigneur : Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu. Heureux si l'on vous persecute à cause de moi. Car votre récompense sera grande dans les cieux» a ainsi tweeté Mgr Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France (CEF). Son porte-parole, le père Hugues de Woillemont a également écrit : «Attentat à l’église Notre-Dame de Nice. Douleur et communion de prières pour les victimes et leurs familles. En route pour Nice. La fraternité gagnera.»

tweet du père de Woillemont, porte-parole de la CEF
tweet du père de Woillemont, porte-parole de la CEF
Tweet de Mgr de Moulins-Beaufort, président de la CEF
Tweet de Mgr de Moulins-Beaufort, président de la CEF

Message de solidarité également du diocèse de Nanterre où Mgr Rougé a tweeté : «Le diocèse de Nanterre @92catholique est en profonde communion de larmes et d'espérance avec le diocèse et la ville de Nice frappés par une terrible violence. Que Dieu désarme les cœurs et ouvre des chemins de paix et de respect de la foi.»

L'émotion de l'évêque de Nice

L'évêque de Nice, Mgr Marceau a publié peu après un communiqué dans lequel il souligne qu'«une fois encore la ville de Nice» a été frappée. Il évoque un «acte terroriste abominable dans les murs de la Basilique Notre-Dame et aux abords, quelques jours après le meurtre sauvage du professeur Samuel Paty». «Quelques semaines seulement après le passage dévastateur de la tempête Alex – poursuit-il, mon émoi ne peut être que fort après ce nouveau drame qui endeuille notre diocèse. Ma tristesse est infinie en temps qu’humain devant ce que d’autres êtres, dits humains, peuvent commettre».

Il indique que toutes les églises de Nice sont actuellement fermées et placées sous protection policière. «Toutes mes prières rejoignent les victimes, leurs proches, les forces de l’ordre en première ligne de cette tragédie, prêtres et fidèles meurtris dans leur foi et leur espérance. Que l’esprit de pardon du Christ prévale face à ces actes barbares,» conclut-il.

Réaction forte de la CEF

Quelques minutes plus tard, la Conférence des évêques de France a exprimé son «immense tristesse». «C’est parce qu’elles se trouvaient dans la Basilique que ces personnes ont été attaquées, assassinées. Elles représentaient un symbole à abattre» affirme-t-elle dans un communiqué. 

«Ces assassinats nous rappellent le martyre du Père Jacques Hamel. À travers ces actes horribles, c’est tout notre pays qui est touché. Ce terrorisme vise à installer l’angoisse dans toute notre société. Il est urgent que cette gangrène soit stoppée comme il est urgent que nous retrouvions l’indispensable fraternité qui nous tiendra tous debout face à ces menaces» poursuit-elle.  

Les évêques tiennent à préciser que «malgré la douleur qui les étreint, les catholiques refusent de céder à la peur et, avec toute la nation, veulent faire face à cette menace traître et aveugle.» Le glas sera sonné ce jeudi à 15h partout en France et les fidèles seront invités à prier pour les victimes.

Partout où cela fut possible, le glas des églises de France a sonné aujourd’hui à 15h. Les catholiques étaient invités à une prière pour les personnes victimes. 

Réaction de la sœur du père Hamel

Parmi les nombreuses réactions, figure celle de Roseline Hamel, la sœur du père Jacques Hamel, assassiné dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray en 2016, et de Mgr Dominique Lebrun, l'archevêque de Rouen. Dans leur communiqué commun ils expriment leur proximité avec les familles des victimes et la communauté de la basilique Notre-Dame. Ils affirment aussi que «le Dieu qui demande de tuer n'existe pas. C'est un leurre, pire une idole qui incarne l'esprit du Mal. Et cela engendre l'intolérance, sans le minimum de doute qui fait l'humanité de l'homme. Avec l'aide des non-croyants, nous devons abattre cette idole.»

«Dieu est amour et source d'amour» ajoutent-ils. «Le père Jacques le vivait, l'enseignait, comme tant de croyants de toutes confessions». «Prions de tout notre coeur pour ceux qui sont tentés par la violence, l'intolérance, la toute-puissance. La justice, la paix, l'amour vaincront. Nous le croyons, même si aujourd'hui nous pleurons».  

29 octobre 2020, 11:31