Recherche

Vatican News
La via Francigena est un chemin de pèlerinage reliant Cantorbéry à Rome en passant par la France et la Suisse. La via Francigena est un chemin de pèlerinage reliant Cantorbéry à Rome en passant par la France et la Suisse.   (©Feel good studio - stock.adobe.com)

Entre foi et histoire, le festival européen des chemins de la Via Francigena

Le dixième «Festival européen des chemins de la Via Francigena», est consacré aux chemins du sud. Plusieurs initiatives se dérouleront du 29 septembre au 29 novembre, en présence ou à distance, dans le respect des normes anti-Covid-19.

Paolo Ondarza - Cité du Vatican

Organisé pour la dixième année consécutive, le Festival européen de la Via Francigena est une occasion de réflexion et d'accompagnement pour ceux qui entreprennent le voyage à travers des villages, des campagnes et des lieux pleins de charme et de spiritualité. L'édition 2020, qui s'articule autour de trois axes, vise à mettre l'accent sur les racines historiques, et donc chrétiennes, des chemins du Haut Moyen Âge à nos jours ; sur le "tourisme bon et durable" représenté par la Via.

Pas seulement une expérience en plein air

«Cette année, nous avons décidé de donner de la visibilité au sud où l'on n'imagine pas souvent qu'il y a une vitalité de chemins égale au nord ou à la Toscane, ou à d'autres destinations classiques», explique à Vatican News le directeur artistique de l’organisation, Sandro Polci. «Marcher signifie non seulement faire l'expérience en plein air de la nature et des paysages, mais aussi redécouvrir le sacré et la spiritualité personnelle. Si nous regardons l'Histoire de ce chemin, l'élément de foi y est très fort».

Sur les traces des racines chrétiennes européennes

C'est pourquoi réfléchir sur les origines historiques des routes de la Via Francigena signifie aussi se souvenir de ses racines chrétiennes. «La spiritualité chrétienne des origines est toujours vivante. Je regrette que la Charte européenne  n'ait pas reconnu la racine commune du christianisme. Je ne fais pas seulement référence à un fait de nature religieuse et sacrée, mais aussi historique. Il est en effet incontestable que les structures, les couvents, répartis sur le territoire, ont été les repères de la connaissance répandus sur le territoire européen, les points de repos et de débarquement des pèlerins, les moments de passage non seulement religieux, mais aussi culturels. Tout cela aujourd'hui réapparaît avec force». 

Redécouvrir les racines du sacré

Mais qui est le marcheur aujourd'hui ? «Le besoin de redécouvrir les racines de la spiritualité et du sacré imprègne non seulement les croyants, mais aussi bien d'autres personnes, qui désirent se rendre dans des lieux historiques du monachisme, des pèlerinages en Terre Sainte ou des croisades; les points forts sont Saint-Jacques de Compostelle, la Grotte des Anges dans les Pouilles, Rome ou les lieux de débarquement de la Sicile pour le départ vers Jérusalem», ajoute le directeur artistique du Festival. «Tous les lieux où la dévotion et la présence de reliques ont, pendant des siècles, conduit les gens vers de nouvelles voies dans un besoin de recherche et d'expiation», résume-t-il.

Rome, destination finale

En l'an 990, la visite de Sigéric, archevêque de Canterbury, au Pape Jean XV à Rome marqua le début de l’existence de la Via Francigena. Le nombre de marcheurs sur la Via Francigena est estimé à 50 000 en 2019, répartis le long du parcours européen. Quant au nombre moyen de jours dédiés à la marche, il s’échelonne à 7. En ce qui concerne la destination finale du voyage, la ville de Rome et la Basilique Saint-Pierre au Vatican ont été le point d'arrivée de 48 % des voyageurs, répertorie le site de ce pèlerinage culturel et spirituel.

 

18 septembre 2020, 15:07