Recherche

Vatican News
Le véhicule, carbonisé, des 8 personnes assassinées au Niger dimanche 9 août 2020. Le véhicule, carbonisé, des 8 personnes assassinées au Niger dimanche 9 août 2020.  (AFP or licensors)

8 personnes assassinées dans le sud-ouest du Niger

Deux Nigériens et 6 Français dont des salariés de l’ONG Acted ont été tués dimanche 9 août dans la région touristique de Kouré au Niger. Les assassins sont pour l’instant inconnus et toujours en fuite.

Marine Henriot, avec agences - Cité du Vatican 

Selon une source de l’agence AFP, les assaillants sont arrivés à moto à travers la brousse, et ont attendu l’arrivée des 8 personnes - 6 Français accompagnés d’un chauffeur et d’un guide nigériens-, afin de les attaquer dans leur voiture, un véhicule appartenant à l’ONG Acted.  

Le président nigérien Mahamadou Issoufou a dans la foulée dénoncé une «attaque terroriste» : «Je condamne l'attaque terroriste, lâche et barbare perpétrée ce dimanche dans la paisible localité de Kouré», a-t-il tweeté, avant d’adresser ses condoléances «aux familles des victimes nigériennes et françaises» ainsi qu'«au président Macron dont l'engagement à nos côtés dans la lutte contre le terrorisme est sans faille».

De son côté, le président français a également dénoncé un «attentat», affirmant que «tous les moyens seraient mis en oeuvre pour élucider les circonstances» de l’attaque. Les deux chefs d’État ont fait part de leur détermination à lutter contre les groupes terroristes au Sahel.

Une zone considérée sûre 

La zone de Kouré est pourtant touristique, dernier havre de paix des girafes en Afrique de l’Ouest. Située à une heure de Niamey la capitale, Kouré est considérée comme sûre, il s’agit de la première attaque visant des occidentaux depuis une vingtaine d’années.  

Mais parce qu’elle se trouve aux confins d’une zone plus instable, entre les frontières du Niger, du Burkina Faso et du Mali, les autorités y avaient interdit la circulation à moto depuis le mois de janvier, pour tenter d’empêcher les déplacements des jihadistes. 

Aujourd’hui les autorités nigériennes, appuyées par l’armée française, quadrillent la zone pour tenter de retrouver les assassins. 

10 août 2020, 13:47