Recherche

Vatican News
Des enfants portant des masques de protection à Amritsar, en Inde, le 21 mars 2020. Des enfants portant des masques de protection à Amritsar, en Inde, le 21 mars 2020.  (ANSA)

En Asie du Sud, des millions d’enfants victimes de la crise économique

Au-delà de l’aspect purement sanitaire de la crise du coronavirus, l’effondrement économique lié au confinement affecte frontalement les enfants, en raison d’un accès plus difficile aux soins et à l’alimentation.

En Asie du Sud, la vie de plus de 450 000 enfants et mères pourrait être menacée au cours des six prochains mois car les vaccinations, la nutrition et d'autres services de santé essentiels n’ont plus été assurés. L'insécurité alimentaire est en hausse : par exemple, au Sri Lanka, 30 % des familles ont réduit leur consommation alimentaire. Dans toute la région, 7,7 millions d'enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère.

Plus de 430 millions d'enfants ont dû recourir à l'apprentissage à distance, souvent avec des difficultés liées aux mauvaises connexions mais aussi au contexte famial. les lignes d'assistance téléphonique font état d'une augmentation des appels d'enfants victimes de violence et d'abus lors de leur confinement à la maison.

Une situation d’urgence qui brise des décennies d’effort

L'Unicef tire la sonnette d'alarme dans un nouveau rapport publié aujourd'hui. La pandémie de Covid-19, explique l'organisation, «détruit des décennies de progrès en matière de santé, d'éducation et d'autres domaines pour les enfants en Asie du Sud». Les projections montrent qu'au cours des six prochains mois, 120 millions d'enfants supplémentaires pourraient tomber dans la pauvreté et l'insécurité alimentaire, s'ajoutant aux quelque 240 millions d'enfants déjà dans la pauvreté.

Il est donc urgent de doter les travailleurs de la santé d'équipements de protection individuelle pour leur permettre d'effectuer leur travail en toute sécurité ; de développer des solutions de faible technicité pour l'apprentissage à domicile ; de répondre au grand besoin d'eau et d'assainissement dans les écoles et les établissements de santé ; de travailler avec les chefs religieux pour répondre au discours de haine que la pandémie provoque.

Depuis début juin, l'Unicef a touché 356 820 personnes, parmi lesquels de nombreux enfants, en leur apportant un soutien psychosocial et de santé mentale. 10,6 millions de personnes ont bénéficié de services d'eau et d'assainissement essentiels. 7,3 millions de femmes et d'enfants ont bénéficié de vaccinations, de soins pré et postnatals, de traitement du VIH et de services de lutte contre la violence sexiste.

(avec agence Sir)

23 juin 2020, 19:06