Recherche

Vatican News
Comptage des votes dans un bureau électoral de Lilongwe, la capitale du Malawi, le 23 juin. Comptage des votes dans un bureau électoral de Lilongwe, la capitale du Malawi, le 23 juin.   (AFP or licensors)

Présidentielle au Malawi: la commission Justice et Paix salue la transparence du scrutin

Après l'annulation des opérations de vote en mai 2019 pour cause de fraude, le pays africain a un nouveau président Lazarus Chakwera. Plusieurs organismes comme la Commission épiscopale pour la justice et la paix se sont félicité de la bonne organisation des élections.

Vatican News

La transition démocratique est largement saluée au Malawi, petit pays d'Afrique australe qui a élu la semaine passée son nouveau président, Lazarus Chakwera, l'ancien chef de l'opposition, qui a prêté serment dimanche 29 juin. Sur le blog de l'Amecea (l'Association des membres des conférences épiscopales d'Afrique de l'Est), plusieurs organismes comme la commission épiscopale pour la justice et la paix, l'Initiative nationale pour l'éducation civique (Nice) ou la Commission des affaires publiques du Malawi se sont félicités de la transparence du scrutin. 

«Nous tenons à féliciter toutes les parties concernées, en particulier la Commission électorale, étant donné le temps et les ressources limités nécessaires à la gestion des votes» écrivent-ils. La commission Justice et Paix et les autres organismes saluent également l'ensemble des forces de sécurité pour «le professionnalisme, la diligence et la rapidité avec lesquelles elles ont préparé la logistique nécessaire au processus électoral».

Le deuxième pays d'Afrique subsaharienne à avoir annulé une présidentielle, après le Kenya en 2017

Le bon déroulement des élections n'était pourtant pas joué d'avance. En mai 2019, la Commission électorale avait proclamé la victoire de Peter Mutharika, le président sortant, face à Lazarus Chakwera. Mais le chef de l'opposition avait contesté ces résultats et ses partisans étaient descendus dans la rue pendant plusieurs mois pour obtenir l'annulation du scrutin. En février dernier, la Cour constitutionnelle avait finalement donné raison à l'opposition en invalidant les résultats pour cause «d'irrégularités généralisées et systématiques» et ordonné la tenue d'un nouveau scrutin.

Après la victoire annoncée de Lazarus Chakwera, la formation politique de Peter Mutharika a dénoncé à son tour des irrégularités avant de reconnaître sa défaite. Cette nouvelle page politique en douceur augure de l'espoir au Malawi. «Nous remercions la société civile, les chefs traditionnels, les organisations religieuses, les médias et tous ceux qui ont joué divers rôles complémentaires dans le processus électoral pour leur collaboration mutuelle, leurs relations synergiques et leur soutien moral» écrivent enfin les membres de l'Amecea.

29 juin 2020, 15:39