Recherche

Vatican News
Dans un bidonville aux abords de Manille, le 27 mai 2020 Dans un bidonville aux abords de Manille, le 27 mai 2020  (ANSA)

Aux Philippines, des millions de travailleurs pauvres menacés par la crise

Les Philippines sortent progressivement de près de trois mois de strict confinement, cherchant à relancer une économie endommagée. Mais 70% des travailleurs pourraient perdre leur emploi.

Manille, la capitale philippine, a émergé lundi de l'une des périodes de confinement les plus longues au monde. Dans cette ville de 12 millions d’habitants, la plupart des entreprises ont été autorisées à rouvrir, mais les écoles, les bars, et les restaurants demeurent fermés.

Une économie lourdement affectée

Comme dans tout le pays, les mesures mises en place pour contenir la pandémie de Covid-19 ont eu des conséquences dramatiques sur le revenu de millions de personnes vivant grâce à un salaire journalier. Selon les experts, la crise aura de fortes retombées sur l'économie et créera des millions de nouveaux pauvres, accentuant les inégalités économiques et sociales déjà marquées dans cet archipel de 109 millions d’habitants. Des chiffres ont récemment montré que l'économie philippine a reculé de 0,2% durant les trois premiers mois de l'année – la première contraction que le pays connait en 20 ans. Le ralentissement économique pourrait encore s'intensifier avec le retour au pays de centaines de milliers de Philippins expatriés qui vont perdre leur emploi à cause des confinements décidés dans tous les pays du monde, selon des estimations officielles.

Catherine De la Cruz, bénévole catholique engagée à Manille dans des programmes d'assistance et de solidarité, en fait déjà le constat: «les pauvres expérimentent actuellement l'incertitude de l'approvisionnement alimentaire et la certitude de la faim, explique-t-elle à l’agence Fides. Les communautés pauvres des zones rurales sont lourdement touchées par la quarantaine. Nombreux sont ceux qui ont perdu leur travail et, avec le confinement imposé depuis le 15 mars, beaucoup n'ont pas les moyens de se procurer de la nourriture».

La charité comme secours nécessaire

Les organisations ecclésiales, en collaboration avec les agences gouvernementales et les associations de la société civile, aident actuellement les pauvres dans différentes zones du pays, notamment par la distribution de biens de première nécessité tels que les denrées alimentaires. Le Père Flaviano Villanueva, fondateur de la Fondation Arnold Janssen Kalinga, qui donne de la nourriture aux pauvres de Manille, accompagne les personnes sans-abris et marginalisées, affirme à Fides qu’«en ce moment difficile, tous doivent participer à la mission et donc faire preuve d'amour et de solidarité envers ceux qui en ont besoin». Des paroles qui rejoignent celles de Mgr Broderick Pabillo, administrateur apostolique de Manille, qui a récemment exhorté tous les fidèles au soutien mutuel et à la charité, envisageant cette vertu comme une «voie d'accès» à la sainteté.

Des pays de la région Asie-Pacifique asphyxiés

Avec l’allègement des restrictions, le gouvernement cherche à relancer l’économie. Quelques 70% des entreprises peuvent ainsi rouvrir ce mois-ci. Toutefois, selon les observateurs, 70% des travailleurs pourraient ne pas retourner au travail dans la mesure où de nombreux commerces ou petites entreprises ont commencé à licencier des salariés à cause du confinement et de la perte de revenus.

Parmi les catégories les plus défavorisées se trouvent plus de 75 000 conducteurs de moyens de transport à Manille, lesquels ne disposent d'aucun revenu depuis ces trois derniers mois. Par ailleurs, 50 000 enseignants à temps partiel des collèges, écoles et universités font les frais d’une politique associant strictement le travail réel au versement d'une rétribution.

Selon l'Asian Development Bank (ADB), dont le siège est à Manille, la pandémie de coronavirus menace la santé, les moyens de subsistance et le bien-être social d'une grande partie de l'Asie et du Pacifique. Plus de 5 milliards de dollars américains mis à disposition par l'ADB ont contribué à «alléger la tension fiscale au sein des économies en voie de développement dans des pays tels que le Bangladesh, le Bhoutan, l'Inde, l'Indonésie, le Kirghizistan, la Mongolie et les Philippines», rapporte Fides.

Aux Philippines, la Covid-19 a infecté près de 19 000 personnes et fait 966 décès, selon les chiffres publiés ce 2 juin.

(Avec Fides et AFP)

02 juin 2020, 16:39