Recherche

Vatican News
Photo prise dans un centre d'accueil pour sans-abri à Boston, le 2 avril 2020. Photo prise dans un centre d'accueil pour sans-abri à Boston, le 2 avril 2020.  Histoires partagées

Covid-19 : le témoignage d’une femme sans domicile fixe

Debbie, une femme sans domicile fixe vivant à Boston, nous raconte son expérience pendant le Covid-19.

Sr Bernadette Mary Reis, fsp

Debbie avait un emploi stable et bien rémunéré. Elle était infirmière de nuit dans un hôpital de Boston. Parmi ses dernières vacances, elle a fait des pèlerinages en Terre Sainte et à Rome et même une croisière dans les Caraïbes. N'ayant jamais été mariée, Debbie subvenait bien à ses besoins.

Un passé difficile

Mais peu de temps après avoir quitté le Midwest pour Boston, Debbie a commencé à boire. Plus tard, elle a ajouté de la drogue à sa consommation d'alcool. Lorsque sa vie a commencé à toucher le fond, elle a commencé à fréquenter les Alcooliques Anonymes, ce qu'elle fait encore aujourd'hui. Depuis, elle est restée sobre. Grâce à l'aide d'un prêtre local de Boston, Debbie a retrouvé le chemin de la foi catholique. Elle a fini par devenir ministre de l'Eucharistie dans sa paroisse, et sa vie avait retrouvé une certaine stabilité.

La perte d’emploi

Puis l'impensable est arrivé. Il y a environ dix ans, peu après la mort d'un de ses parents, Debbie a perdu son emploi.

«J'ai pris un peu de congé. Après environ un an, j'ai commencé à chercher du travail et je n'ai rien trouvé, et c'est à ce moment-là que ma dépression s'est installée. Ensuite, je suis restée à la maison jusqu'à ce que l'argent s'épuise. Je me souviens que de temps en temps, je me disais : "L'argent va disparaître". Et c'est ce qui s'est passé. Peu de temps après, j'ai dû quitter l'appartement. J'ai vécu dans ma voiture pendant trois ans et maintenant je suis au refuge depuis environ dix mois.»

Dans l'abri pendant le Covid-19

Les refuges aux États-Unis ont adopté des mesures de précaution pour éviter que le Covid-19 ne se propage parmi leurs hôtes. Cependant, comme nous le dit Debbie, il y a des limites à ce que l'on peut faire lorsque les personnes vivant dans des abris sont si proches les unes des autres.

«Au début, c'était une distanciation sociale quand on sortait. Mais dans le refuge, nous ne pouvions vraiment pas - je veux dire qu'il y avait beaucoup de lavage de mains, ils ont mis des moustiquaires entre les lits pour essayer d'aider de cette manière. Mais pendant la soirée, nous étions tous dans une même pièce, assis à des tables ensemble. Finalement, le virus est entré dans l'abri. Ce n'était qu'une question de temps. Nous savions que cela arriverait.»

La pire crainte de Debbie est devenue réalité lundi. Elle a découvert qu'elle avait été exposée au coronavirus. Lorsqu'elle a appris qu'elle allait être transférée dans un établissement inconnu, le choc s'est fait sentir.

Mise en quarantaine

Debbie a été rapidement isolée et a dû attendre l'arrivée du transport pour être emmenée - quelque part. Elle n'a pas été autorisée à prendre ses propres affaires dans son casier. Une des femmes travaillant au refuge a pris ses affaires dans son casier. Où Debbie s'est-elle donc retrouvée ?

«Je suis dans ce qui était un centre de réhabilitation dans un quartier de Boston. Il est fermé depuis je ne sais pas combien de temps, depuis un bon moment. Ils l'ont réouvert spécialement pour ça, pour avoir un endroit où mettre les patients. Nous sommes tous ici en quarantaine, nous avons été exposés. Il n'y a pas de cas connu et je ne pense pas qu'il y en aura ici. C'est comme une zone de transit. Si vous développez des symptômes, vous allez ailleurs.»

Soins dans l'installation de quarantaine

Debbie décrit le personnel comme «très gentil» et attentionné. La plupart des personnes présentes sont très discrètes. On leur fournit tout ce dont ils ont besoin, et même plus, comme le décrit Debbie.

«En gros, vous restez dans votre chambre. Si vous sortez dans le couloir, vous devez porter un masque et des gants. Une infirmière passe le matin, vérifie nos signes vitaux et nous pose ensuite toute une série de questions : Vous toussez ? Avez-vous mal ? Tout ce qui concerne notre histoire. La liste des symptômes est très complète. Il y a un médecin sur place. Le personnel est très gentil. Ils fournissent les repas. Ils viennent constamment nous voir, pour nous demander si on va bien. Plusieurs d'entre nous n'ont pas de vêtements de nuit parce que, vous savez, on vous sort d'un refuge qui vous fournit des choses... Ils travaillent pour nous procurer les choses dont nous avons besoin. Ils nous offrent des livres, des cartes. Ils semblent se soucier de nous, vraiment. Je suis très à l'aise avec eux.»

Quelle est la prochaine étape ?

La question omniprésente dans l'esprit d'un sans-abri est "Et demain ?”

«Je vais retourner au refuge. J'espère. Ils ouvrent des dortoirs qui ne sont pas utilisés dans les universités et ce genre de choses. Ainsi, ils soulagent la foule dans les abris. J'espère que je vais retourner au refuge où j'étais. Mes affaires sont là.»

Compter sur la prière

Juste avant le début de notre entretien, Debbie m'a dit qu'elle était très reconnaissante que les gens prient pour elle. Dès la fin de l'entretien, elle m'a dit qu'elle allait ajouter son nom à des listes de prières sur Internet. Ses derniers mots sur l'interview portaient également sur la prière :

«Je suis très heureuse que tant de gens prient pour moi et j'espère rester en bonne santé.»

Debbie sera heureuse de savoir que vous aussi, vous prierez pour elle, et pour d'autres sans-abri comme elle.

 

 

03 avril 2020, 19:28