Recherche

Vatican News
Evacuation du camps de Moria en Grèce après un incendie le 16 mars dernier Evacuation du camps de Moria en Grèce après un incendie le 16 mars dernier  (AFP or licensors)

Les migrants particulièrement vulnérables face au virus

Suspension des programmes d'accueil et des procédures d'asile, mises en quarantaine: de l'Allemagne à la Grèce, en passant par la France, les migrants en Europe apparaissent démunis face à la pandémie de Covid-19. Les ONG appellent les autorités à se montrer solidaires.

Marie Duhamel avec AFP – Cité du Vatican

1,3 millions de demandeurs d’asile et de migrants vivent actuellement en Allemagne où les services publics qui leur sont dédiés sont quasiment à l’arrêt. Le ministère de l'Intérieur annonce la suspension de certains entretiens, élément pourtant central de la procédure d'asile. Le dépôt de demande d'asile est également restreint. Il ne peut plus avoir lieu que si le requérant a subi un test négatif du Covid-19 ou après une période de 14 jours de quarantaine. L'Allemagne a également gelé ses programmes d'accueil humanitaire de réfugiés en provenance de Turquie et du Liban.

En raison de la pandémie, l’Union Européenne a fermé ses frontières extérieures pour 30 jours, mettant à mal le système d’asile. L’ONU s’en est inquiété. Le Haut-commissariat pour les réfugiés souligne que cette fermeture ne doit pas priver les demandeurs d’asile de refuge ou les pousser à rebrousser chemin. Ce fut le cas ces derniers jours à la frontière entre la Turquie et la Grèce.

Les craintes des ONG

En Grèce, la campagne d’information sur le virus de Médecins sans Frontières aura-elle un impact dans ces camps où s’entassent des milliers de personnes ? Une «catastrophe sanitaire plane» estime un eurodéputé allemand.

En France, la Cimade qui défend le droit des immigrés, appelle les autorités à prolonger la validité des titres de séjours amenés à expirer ou ayant déjà expiré, et à adopter un moratoire sur les expulsions.

Solidarité

Les ONG interpellent les autorités d’autant qu’elles sont aujourd’hui contrainte au télétravail. À Bruxelles, le Jesuit Refugee Service rappelle que leur service d’aide aux migrants, comme les consultations légales, sont fonctionnelles par téléphone ou par mail dans de nombreux pays, en Belgique, en Espagne ou à Malte. En Croatie, un centre d’appel vient d’être inauguré en farsi et en arabe. Le JRS Europe maintient son service d’informations et demande à tous de se montrer solidaires de ceux qui ont déjà tout quitté pour se retrouver aujourd’hui particulièrement vulnérables au virus.

Sur sa page twitter en français, la section Migrants et Réfugiés du dicastère pour le service du Développement humain intégral évoquait le point numéro 44 des Orientations pastorales sur la traite des personnes, «un pays de destination devrait s’acquitter de ses responsabilités et fournir aux survivants de la TP un permis de résidence, de l’aide psychologique spécialisée et des moyens de subsistance de rechange», et citait le Pape François pour rappeler aux autorités publiques leur «devoir de promouvoir l’accueil de manière à ce que les populations locales soient formées et encouragées à participer de manière consciente au processus d’intégration des migrants qui sont accueillis».

 

21 mars 2020, 15:20