Recherche

Vatican News
Mike Pompeo, secrétaire d'État américain, et le président afghan, Ashraf Ghani, se rencontrent à Kaboul, lundi 23 mars 2020. Mike Pompeo, secrétaire d'État américain, et le président afghan, Ashraf Ghani, se rencontrent à Kaboul, lundi 23 mars 2020.  

Le secrétaire d’État américain en Afghanistan pour consolider l’accord de paix

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo est arrivé lundi 23 mars en Afghanistan pour consolider le processus de paix en cours dans le pays.

Le Secrétaire d’État américain doit s’entretenir avec le président Ashraf Ghani et son rival, Abdullah Abdullah, ancien chef de l’exécutif qui s’est aussi déclaré vainqueur à la présidentielle de septembre dernier.

L’objectif américain est de garantir le processus de paix qui s’est ouvert le 29 février avec la signature à Doha au Qatar d’un accord historique entre Washington et les talibans. 

Dimanche, le gouvernement afghan a tenu une première discussion «virtuelle» sur Skype avec les talibans au sujet d'un échange de prisonniers. L’accord de Doha, dont Kaboul a été tenu à l’écart, prévoyait en effet la libération de 5 000 talibans en échange de celle de 1 000 membres des forces afghanes.

Cet échange qui devait avoir lieu le 10 mars, a été retardé en raison de désaccords entre les deux camps.

Le coronavirus ralentit les échanges diplomatiques

L'accord entre les talibans et Washington prévoit aussi un retrait progressif des forces étrangères d'Afghanistan sous 14 mois à condition que les talibans respectent des engagements sécuritaires.

Le départ des troupes américaines a déjà débuté, mais a été ralenti par le coronavirus. 40 cas positifs ont été détectés en Afghanistan, un premier décès est survenu.

Par ailleurs, en échange de ce retrait, les talibans s’étaient aussi engagés à combattre les groupes djihadistes, et à discuter avec le gouvernement de Kaboul, qu'ils n'ont jamais reconnu, afin de définir l'avenir du pays.

 

23 mars 2020, 11:37