Recherche

Vatican News
Famille iranienne en déplacement, au temps du Coronavirus Famille iranienne en déplacement, au temps du Coronavirus  (ANSA)

Le régime iranien face à l’épidémie de Coronavirus

L’Iran est aujourd’hui l’un des pays les plus touchés par l’épidémie de Coronavirus. Face à la progression de la maladie, les autorités s’orientent vers le confinement. La population dénonce une mauvaise gestion de cette crise sanitaire. L’analyse d’Azadeh Kian, spécialiste de l’Iran.

Entretien réalisé par Hélène Destombes – Cité du Vatican

Près de 28 000 personnes sont contaminées par le Covid 19, selon les chiffres officiels et le ministère de la Santé enregistre plus de 2 000 décès. Un bilan qui pourrait être beaucoup plus lourd. Les autorités s’apprêtent, d’ici vendredi, à interdire la sortie des villes, alors que des millions de personnes se sont déplacées à l’occasion du Nouvel An iranien.

Téhéran, jusqu’à présent, avait refusé d'imposer des mesures de confinement ou de quarantaine invitant les habitants à rester chez eux «autant que possible». Mais ce mercredi 25 mars 2020 le président Hassan Rohani a annoncé la mise en œuvre imminente de «mesures difficiles» pour la population. Une population de plus en plus critique face à la gestion de la crise sanitaire par les autorités.

L'Iran a reconnu officiellement la présence de l'épidémie sur son sol le 19 février. De plus en plus de voix s’élèvent, évoquant une dissimulation de la maladie et le manque de réaction du gouvernement. Le porte-parole du ministère de la Santé a annoncé ce mercredi 143 décès supplémentaires dus à la maladie, et plus de 2.200 nouveaux cas de contamination confirmés.

Azadeh Kian, professeure de sociologie à l'Université Paris VII, spécialiste de l’Iran analyse la gestion de cette crise indiquant que «le nombre de décès est sous-estimé». Elle souligne le poids des religieux conservateurs sur les décisions des autorités. «Ils n’acceptent pas la quarantaine et la fermeture des lieux saints et certains sont des adeptes de la théorie du complot» rejetant l’aide de Médecins sans frontières (MSF).

Entretien avec Azadeh Kian spécialiste de l’Iran

 

25 mars 2020, 18:19