Recherche

Vatican News
Du soleil mais peu de monde dans le centre-ville de Rome ce mardi 10 mars, alors que tout le pays vient d'être placé en quarantaine. Ici près du monument Victor-Emmanuel II. Du soleil mais peu de monde dans le centre-ville de Rome ce mardi 10 mars, alors que tout le pays vient d'être placé en quarantaine. Ici près du monument Victor-Emmanuel II.  (AFP or licensors)

La mise en quarantaine étendue à toute l’Italie dès ce mardi

60 millions d’Italiens priés de rester chez eux: ce 9 mars au soir, Giuseppe Conte a renforcé les mesures drastiques prises pour tenter de contrer l’épidémie de coronavirus. Le décret signé par le chef du gouvernement fait de l’Italie toute entière une zone protégée. Si ce confinement incite les habitants à rester chez eux, la péninsule italienne n’est pas pour autant totalement paralysée.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

“Moi, je reste à la maison” est le mot d’ordre donné hier soir par Giuseppe Conte. Les Italiens doivent «éviter les déplacements» et tous les rassemblements - culturels, sportifs, religieux - sont interdits.

On ne peut donc pas se rendre d’une ville à une autre, ou faire un séjour à l’étranger, sauf s’il s’agit de rentrer chez soi. La fermeture de toutes les écoles et universités est prolongée jusqu'au 3 avril. Au quotidien, les trajets sont autorisés pour trois raisons seulement: le travail, le ravitaillement ou les soins médicaux.

Appel à la responsabilité de tous

Mais les nouvelles mesures ne prévoient pas «de limiter les transports publics», pour garantir la continuité de l'activité économique «et permettre aux gens d'aller travailler», c’est ce qu’a expliqué lundi le chef du gouvernement italien. Le ton était grave depuis le Palais Chigi: «Il n'y a plus de temps à perdre», a estimé Giuseppe Conte, en pointant les chiffres inquiétants de cette épidémie. «Nous devons tous renoncer à quelque chose pour le bien de l’Italie et nous devons le faire immédiatement». Après Milan, Venise et le quart nord de la Péninsule mise en quarantaine dimanche, c’est donc tout le pays qui déclare la guerre au Covid-19. Des mesures draconiennes mais nécessaires face à un dispositif sanitaire submergé par l'afflux de patients. Les modalités de mise en œuvre de ce nouveau décret doivent être précisées ce mardi 10 mars.

L'Italie a enregistré en 24 heures 97 nouveaux décès, ce qui porte à 463 le nombre total de morts depuis le début de l'épidémie dans ce pays, selon un bilan officiel publié lundi soir par les autorités. 7985 sont infectées, et 724 patients ont été guéris.

(Avec AFP)

10 mars 2020, 09:30