Recherche

Vatican News
Omar El-Bechir lors d'un meeting à Khartoum, la capitale soudanaise, le 7 mai 2011 Omar El-Bechir lors d'un meeting à Khartoum, la capitale soudanaise, le 7 mai 2011  (AFP or licensors)

L’ancien président Omar el-Béchir pourrait être remis à la CPI

Ce 11 février, un membre du Conseil souverain du Soudan a annoncé vouloir remettre à la Cour Pénale Internationale (CPI) quatre responsables de crimes commis au Darfour, dès 2003. Parmi eux, Omar el-Béchir, destitué le 11 avril dernier de son poste de président qu’il occupait depuis 30 ans.

Anne-Quitterie Jozeau- Cité du Vatican

L’ex-président soudanais, Omar el-Béchir, en détention depuis sa destitution en avril dernier, pourrait être remis à la Cour Pénale Internationale par le Soudan. L’ancien dictateur, au pouvoir entre 1989 et 2019, est accusé par la Cour de la Haye de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis à partir de 2003 dans la région du Darfour, au nord-ouest du pays.

Omar el-Béchir accusé de génocide par l’ONU

En effet, le gouvernement, appuyé par des milices armées islamistes, les janjawids, avait réprimé des minorités ethniques s’étant soulevées contre le régime d’Omar el Béchir. Le bilan fut lourd : plus de 300 000 morts et deux millions et demi de Soudanais ayant fui vers le Tchad. L’Onu avait alors dénoncé des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre. Le gouvernement avait procédé à un «nettoyage ethnique» détruisant des villages entiers, violant et massacrant les populations. Malgré l’envoi d’une force de maintien de la paix de l’Onu, le président Omar el-Béchir n’a jamais réellement cessé le conflit.

Malgré la défense d’Omar el-Béchir, le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, a assuré que «la décision de déclencher ce génocide a été prise par el-Béchir personnellement».

Ainsi, Mohamed al-Taayichi, membre du Conseil souverain soudanais, a affirmé avec conviction: «ceux qui ont été accusés par la CPI doivent y aller». Le président soudanais estime quant à lui pouvoir être simplement jugé par le Soudan. Fayçal Mohamed Saleh, porte-parole du gouvernement, a ajouté à l’AFP que l’ancien président M. «Béchir et les autres seront présentés à la CPI. C'est une décision du gouvernement». Cependant à ce jour, aucune date n’a été annoncée.

L’annonce faite par les autorités soudanaises révèle une fois de plus leur souhait de tourner la page. Des discussions ont déjà commencé entre le gouvernement et les rebelles de Darfour, dans le but de trouver un accord de paix. Ceux-ci souhaitent que justice soit rendue au niveau international vis-à-vis d’Omar el-Béchir. Ils réclament également la création d’une cour spéciale chargée d’enquêter sur les crimes commis depuis 2003.

12 février 2020, 15:45