Recherche

Vatican News
Les présidents ougandais et israélien, accompagnés de leurs épouses, le 3 février 2020 en Ouganda. Le président ougandais et le Premier ministre israélien, accompagnés de leurs épouses, le 3 février 2020 en Ouganda.  

En Ouganda, Israël soigne ses relations avec le Soudan

Un tête à tête qui fait bondir les responsables palestiniens. Le dirigeant soudanais Abdel Fattah al-Burhane et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou se sont rencontrés lundi 3 février à Entebbe en Ouganda. Au menu des discussions: la normalisation des relations entre leurs deux pays.

Marine Henriot, avec agences - Cité du Vatican

Ce rapprochement entre Israël et le Soudan intervient alors que Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne, se démène pour mobiliser les présidents arabes, africains et musulmans contre le plan de Donald Trump sur le conflit israélo-palestinien, présenté la semaine dernière à Washington. Un plan qui se soumet, selon lui, aux revendications d’Israël, reconnaissant de facto l’annexion par Israël des territoires colonisés, avec par conséquent un tracé du territoire palestinien en deçà de ce à quoi aspirent les Palestiniens, à savoir la totalité des Territoires occupés depuis 1967 par Israël.

Sur la scène arabe, malgré une réunion extraordinaire de la Ligue arabe samedi 1er février, la Palestine apparaît isolée et nombre de dirigeants arabes maintiennent le silence.

La rencontre entre Benjamin Netanyahou et Abdel Fattah al-Burhane révèle à quel point la cause palestinienne n’est plus la préoccupation principale des pays arabes, et qu’elle n’est plus un frein au business entre les pays africains et Israël. «Cette rencontre est un coup de couteau dans le dos du peuple palestinien», a fustigé Saëb Erekat, négociateur en chef et secrétaire général de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP), au moment où selon lui, «l'administration du Président Donald Trump et le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu tentent de détruire la cause palestinienne».

Retour d’Israël en Afrique 

Depuis 1948, les pays arabes avaient fait du règlement de la question palestinienne la condition de toute relation avec Israël. Mais le travail de longue haleine de Benjamin Netanyahou porte ses fruits. La rencontre en Ouganda est la cinquième visite du Premier ministre israélien en Afrique en trois ans et demi. En nouant des accords commerciaux, sécuritaire ou encore humanitaire, «Bibi» tisse des liens avec ses homologues arabes africains. Autre argument utilisé par Premier ministre israélien: un apaisement des relations avec les pays arabes favorisera la paix avec les Palestiniens. Par ailleurs, Israël entend lutter ainsi contre l’influence de son ennemi Iranien.

Le rapprochement avec le Soudan est d’autant plus historique que Khartoum a longtemps accusé Israël de soutenir les milices du Darfour et les rebelles du Soudan du Sud. Omar el-Béchir, président soudanais destitué en avril, accusait notamment Israël de soutenir le chef rebelle Abdelwahid Nour, du Darfour. Mais le Soudan continue sa révolution et paraît vouloir gommer les anciennes querelles. Le pays est toujours sur la liste noire des pays que les Etats-Unis accusent de soutenir le terrorisme, et ce rapprochement avec Israël pourrait lui permettre de rompre son isolement. 

Ambassade ougandaise à Jérusalem ?

Autre motif de cette visite, Israël tente aussi de convaincre le plus grand nombre de pays à suivre l'exemple des Etats-Unis, en reconnaissant Jérusalem comme sa capitale. L'Ouganda «étudie» la possibilité d'ouvrir une ambassade à Jérusalem, a annoncé son président Yoweri Museveni, à l'issue de sa rencontre avec le dirigeant israélien. L'Ouganda n'a pas d'ambassade en Israël. Et Benjamin Netanyahu a indiqué qu'Israël ouvrirait une ambassade en Ouganda si ce pays ouvrait une ambassade à Jérusalem.

Une visite sur le continent africain qui revêt également un enjeu national pour le Premier ministre israélien. À l'approche des législatives du 2 mars, Benjamin Netanyahu montre sa puissance au niveau international; des relations cruciales à sa survie politique alors qu'il est inculpé pour corruption.

04 février 2020, 12:09