Recherche

Vatican News
Un immeuble de Clichy-sous-bois, dans la banlieue parisienne. Image d'illustration. Un immeuble de Clichy-sous-bois, dans la banlieue parisienne. Image d'illustration.   (AFP or licensors)

A l’approche des municipales, le Secours Catholique interpelle sur la pauvreté et l’exclusion

Comme chaque année électorale depuis 25 ans, l’ONG catholique dresse le baromètre de la précarité dans les communes, en évaluant la perception que les maires ont des plus exclus. Une situation où les disparités sont très fortes et que les responsables politiques devraient mieux prendre en compte, selon l'organisation.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel-Cité du Vatican

«Pour que comptent les voix des plus démunis !». C’est avec cette formule percutante que le Secours Catholique-Caritas France souhaite alerter sur la situation de grande précarité dans les communes en France, à quelques semaines des élections municipales. Pour la cinquième fois depuis 1995, l’ONG a effectué un sondage auprès de maires de l’hexagone afin de déterminer le niveau de conscience des élus face à l’exclusion et à la pauvreté dans leurs communes.

Cette année, le Secours Catholique a commandé à l’IFOP cette étude qui a été effectuée auprès d’un échantillon de 402 maires représentatif de l’ensemble des élus locaux français.

Une pauvreté cachée 

Seuls 9 % des maires interrogés considèrent qu’il y a un grand nombre de personnes en situation de pauvreté sur leur commune., relève le rapport. Un chiffre qui interroge la perception de la pauvreté. «Celle-ci reste méconnue ou mal connue, voire cachée, dans une société où la pauvreté est souvent vécue comme un échec, ou une honte» note le Secours Catholique.

L’un des enseignements de ce rapport est la grande disparité existant entre les communes. Selon qu’elles sont grandes ou petites, les données sont sensiblement différentes. Par exemple, les maires des villes entre 2 000 et 10 000 habitants voient se dégrader la situation des chômeurs de longue durée (36 %), bien plus que ceux des petites communes (18 %) et des grandes villes (14 %).

Un sentiment d’impuissance

Une autre tendance plutôt inquiétante que relève le Secours Catholique est le sentiment que les élus locaux dans leurs communes ont de moins en moins de levier d’action pour répondre aux problèmes de leurs administrés. Ainsi, la question de l’accès au logement, qui relève de la compétence des municipalités semble de plus en plus difficile, et beaucoup d’élus locaux ne cachent pas un sentiment d’impuissance.

Face à la précarisation d’une partie de la population française, le Secours Catholique-Caritas France rappelle que les maires, en raison de leur rôle central doivent bénéficier de plus de soutien des pouvoirs publics.

«Les communes et les intercommunalités sont les premiers acteurs publics à pouvoir faire vivre le lien social de proximité, assurer la solidarité avec les plus pauvres et engager des actions concrètes vers la transition écologique», note l’ONG.

Jean Merkaert est le directeur du plaidoyer au Secours Catholique-Caritas France. Il revient sur les enseignements de ce sondage et invite à mettre au cœur des politiques publiques cette pauvreté vécue dans les communes.

Entretien avec Jean Merkaert du Secours Catholique
18 février 2020, 08:20