Recherche

Vatican News
Un homme passe la frontière entre le Mexique et les États-Unis le 11 février 2020. Un homme passe la frontière entre le Mexique et les États-Unis le 11 février 2020.  (AFP or licensors)

Mexique: le flux migratoire vers les États-Unis en forte baisse

C’est un chiffre spectaculaire rendu public le 12 février par les autorités mexicaines: le flux migratoire vers les États-Unis a été réduit de 74,5% en moins d’un an. Un chiffre qui doit autant aux menaces américaines qu’aux politiques d’intégration mises en place par Mexico.

Olivier Bonnel-Cité du Vatican

C’est un satisfecit que s’est décerné mercredi 12 février le ministre mexicain des affaires étrangères Marcelo Ebrard en commentant ces nouveaux chiffres. Les passages vers la frontière américaine se sont taris de manière spectaculaire, résultat selon lui d’une politique volontariste de Mexico: 60 000 emplois ont en effet été créés ces derniers mois aux Mexique pour les migrants, les fixant ainsi sur le territoire mexicain. «Le but n'est pas que ces personnes demandent un abri, mais de réduire le risque très élevé qu'elles décident de migrer» a commenté le chef de la diplomatie mexicaine. Si ce flux est en fort retrait, c’est avant tout la conséquence de la pression américaine.

Les menaces américaines 

En juin dernier, Donald Trump avait menacé d'imposer des droits de douane sur les produits importés du Mexique si le gouvernement d'Andrés Manuel Lopez Obrador ne mettait pas un terme à l’arrivée de milliers de migrants en grande partie venus de  pays d’Amérique Centrale. Si le mur promis par le président américain à la frontière entre les deux pays n’est pas encore achevé, la création d’une garde-nationale de plus de 24 000 hommes pour bloquer l’arrivée de migrants, à la frontière sud du Mexique, semble avoir porté ses fruits. De nombreux permis de séjour temporaires ont par ailleurs été octroyés par les autorités mexicaines à des migrants, afin qu’ils n’émigrent pas aux États-Unis. Mais derrière ces chiffres reste une véritable question: le Mexique a-t-il vraiment les moyens d’intégrer ces migrants à son économie? Car Donald Trump ou pas, pour de nombreux migrants, les États-Unis restent un Eldorado. 

13 février 2020, 08:27