Recherche

Vatican News
A Yokohama, des personnes portant un masque chirurgical pour se protéger de l'épidémie de Coronavirus, le 18 février 2020. A Yokohama, des personnes portant un masque chirurgical pour se protéger de l'épidémie de Coronavirus, le 18 février 2020.  (AFP or licensors)

Le Japon face à l’épidémie de Coronavirus

C’est le pays qui compte le plus de personnes contaminées après la Chine. Dans l’archipel japonais, 65 personnes sont touchées par le virus Covid-19. Le paquebot Diamond Princess est toujours en quarantaine dans le port de Yokohama, avec à son bord au moins 542 personnes infectées.

Dans le port de Yokohama ou dans la capitale japonaise de 10 millions d’habitants, les scènes du quotidien se ressemblent: des visages portant des masques chirurgicaux, des files qui s’allongent devant les pharmacies, des bouteilles de gel hydroalcoolique devant les entrées d'hôtels ou de magasins. 

Les autorités appellent au civisme et au sens des responsabilités de chacun. Dimanche 16 février, la ministre de la Santé invitait à éviter les endroits bondés. Les célébrations pour l’anniversaire de l’empereur, prévues dimanche 23 février et qui attirent, chaque année, des millions de visiteurs dans les jardins du palais à Tokyo, ont été annulées. 38 000 coureurs amateurs seront par ailleurs exclus du marathon de Tokyo le 1er mars prochain, désormais réservé à un peu plus de 200 sportifs d'élite.

La menace qui plane au loin est celle de l’annulation des Jeux Olympiques. Ils doivent avoir lieu cet été à Tokyo. Pour l’instant le Comité International Olympique (CIO) et l’Organisation Mondiale du Commerce (OMS) se montrent rassurants: les Jeux ne sont pas en danger. 

Situation inquiétante à bord du Diamond Princess

Dans le port de Yokohama, une ville industrielle située près de Tokyo, le paquebot 'Diamond Princess' est placé en quarantaine depuis début février, avec 3 711 personnes à bord. De nouveaux tests ont révélé 99 cas supplémentaires ce lundi 17 février ; 88 cas ce mardi. Pas moins de 542 personnes ont ainsi été contaminées, alors même que les passagers avaient reçu l'ordre de rester dans leur cabine pendant 14 jours. Un chiffre qui risque d'augmenter. Faute de moyens de dépistage suffisants, seuls 1 723 passagers ont pu bénéficier des analyses de détection du virus. Plusieurs pays se mobilisent pour évacuer leurs ressortissants du bateau.

Risque de pénuries de tenues pour la centrale de Fukushima 

Par ailleurs, la compagnie Tepco qui gère le démantèlement de la centrale japonaise accidentée de Fukushima, dit craindre des retards d'approvisionnement en tenues de protection dont la production, en Chine, est affectée par le coronavirus. Chaque jour, il faut jusqu'à 6 000 vestes et combinaisons, différentes en fonction des tâches à effectuer.

Le nombre de contaminations s'élève à au moins 72 300 cas en Chine continentale et environ 900 ont été signalés dans une trentaine d'autres pays ou territoires. En dehors de Chine continentale, on ne recense que cinq décès: un à Hong Kong, un aux Philippines, un au Japon, un à Taïwan et un en France.

Dimanche 12 février, après la prière de l’Angélus, le Pape François a invité à prier «pour nos frères chinois qui souffrent de cette maladie si cruelle». 

18 février 2020, 11:10