Recherche

Vatican News
Dialogue national à Yaoundé au Cameroun pour tenter de mettre fin au conflit séparatiste, en septembre 2019. Dialogue national à Yaoundé au Cameroun pour tenter de mettre fin au conflit séparatiste, en septembre 2019.   (AFP or licensors)

Au Cameroun, des législatives boycottées par une partie de l’opposition

C’est un Cameroun en crise qui va élire ce dimanche 9 février ses députés. Le scrutin législatif et municipal est en partie boycotté par l’opposition au président Paul Biya.

L’adversaire numéro 1 du président Biya, Maurice Kamto, est à l'étranger. Après avoir passé près de neuf mois en prison pour avoir participé à des marches contestant sa défaite à la présidentielle de 2018, c’est lui qui appelle les Camerounais à boycotter le vote.

Le Cameroun meurtri depuis trois ans par le conflit en zone anglophone entre armée et séparatistes, ne devrait pas voir une participation énorme de ses citoyens à ce scrutin.

Des représailles pour les électeurs

L'armée a tout d’abord considérablement renforcé sa présence dans les deux régions en conflit, et les séparatistes, eux, appellent les habitants à rester chez eux, avant, pendant, et après le scrutin «sous peine de représailles».

Le parti d'opposition de Maurice Kamto, adversaire malheureux de Paul Biya à la présidentielle de 2018, un première ligne sur le boycott du scrutin, ne présente aucun candidat. Le parti du président est donc quasiment garanti de rafler la mise une nouvelle fois. Il possède déjà une majorité parlementaire écrasante (148 sièges sur 180).

Une campagne sous tension

Outre cela, la campagne électorale dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest a été émaillée de violences: des candidats de l'opposition et de la majorité présidentielle affirment avoir été attaqués par des rebelles indépendantistes depuis qu'ils ont annoncé prendre part au vote.

Pour le bon déroulement du scrutin, le gouvernement a fermé les frontières nationales jusqu'à lundi 10 février, ainsi que décrété l'interdiction d'exercer pour les propriétaires de boutiques, de magasins et de débits de boissons le jour du vote. 

08 février 2020, 13:11