Recherche

Vatican News
Forces de l'ordre massivement déployées alors que les députés doivent élire le nouveau président de l'Assemblée nationale à Caracas Forces de l'ordre massivement déployées alors que les députés doivent élire le nouveau président de l'Assemblée nationale à Caracas  (AFP or licensors)

Venezuela: le cardinal Urosa appelle à l'unité avant le vote au parlement

Alors que se tient ce dimanche l’élection du président de l’Assemblée nationale au Venezuela, l’archevêque émérite de Caracas a demandé aux politiciens dans une déclaration, de mettre de côté leurs intérêts personnels, en agissant avec bon sens pour le bien du peuple.

L’archevêque émérite de Caracas appelle les politiques à «se montrer raisonnables» et à travailler pour l’unité du pays pour éviter de faire souffrir davantage le peuple vénézuélien victime d’une crise économique dramatique, mais également d’un bras de fer politique.

Dans un communiqué, le cardinal Jorge Urosa Savino s’exprime ce dimanche à l’occasion de l'élection du président de l'Assemblée nationale, seule institution du pays dirigée par l’opposition.

Privilégier un nom

Le poste de président du Congrès est occupé depuis l’an dernier par Juan Guaidó, qui s’est depuis autoproclamé président par interim du pays. Reconnu par 60 pays à travers le monde mais privée du soutien de l’armée nationale, cette nouvelle figure de l’opposition au Venezuela n’est pas parvenue à atteindre son objectif, renverser le président chaviste Nicolas Maduro. Sera-t-il réélu ce dimanche ? Juan Guaidó a besoin d’une majorité même d’une voix.

Un accord signé en 2016 par tous les partis d'opposition prévoit un système de rotation annuelle pour la présidence de l’Assemblée. Une exception sera probablement faite en 2020. Si Juan Guaidó devait quitter ses fonctions, son rôle de président par interim serait remis en question, et ainsi les 4 partis les plus importants du Parlement ont décidé de le reconduire dans ses fonctions.

Mettre de côté les intérêts personnels

Dans ce contexte, le cardinal exhorte l’opposition a maintenir l’équilibre et «l'unité autour de ceux qui ont obtenu le soutien de 60 pays, car c'est un capital politique international qui ne peut être gaspillé», estime-t-il. Il juge «nécessaire que la présidence de la République» soit placée «entre les mains de Juan Guaidó» et appelle ainsi à «mettre de côté les intérêts personnels et de groupe».

Sortir de la crise

Les priorités du cardinal Urosa se déclineNT en trois points: épargner au peuple vénézuélien de nouvelles souffrances ; renforcer la lutte contre la corruption et mettre fin à la «douloureuse détérioration sociale et économique».

L’archevêque émérite de Caracas indique la voie pour sortir le Venezuela de la crise : «se rapprocher de Dieu et prendre la décision de vivre selon sa Parole, qui est la Parole de vie et de paix ». Il convient également de «défendre nos droits et ceux des autres» en travaillant de concert «pour aider nos frères et sœurs, surtout les plus pauvres» «à résoudre pacifiquement les graves conflits» en cours.

Enfin, il confie l’avenir du pays à l'intercession maternelle de la Sainte Vierge de Coromoto, Patronne du Venezuela et de l’archidiocèse de Caracas.

Le vote aura-t-il lieu ?

Les députés devaient commencer à voter à 15H00 GMT, mais une demi-heure après l'horaire prévu, Juan Guaido n'avait toujours pas pénétré dans le Parlement, accusant la police de lui en bloquer l'accès.

D'autres élus ont dénoncé des «mesures vexatoires» de la part de la police et de l'armée, qu'ils accusent d'être aux ordres du pouvoir. Des élus de province qui logeaient dans un hôtel de Caracas ont ainsi affirmé avoir été «intimidés» par des agents des services de renseignement qui les ont évacués de leurs chambres dans la nuit pour répondre à une supposée alerte à la bombe.

05 janvier 2020, 17:06