Recherche

Vatican News
Des enfants nigérians déplacés en décembre 2019. Des enfants nigérians déplacés en décembre 2019.   (AFP or licensors)

Unicef: 5 millions d’enfants du Sahel ont besoin d’aide humanitaire

Les enfants sont en première ligne des violences perpétrées dans le Sahel central. «Des centaines de milliers d'entre eux ont vécu des expériences traumatisantes», s'alarme la directrice régionale de l'Unicef, Marie-Pierre Poirier, dans un communiqué.

Les enfants du Sahel en première ligne des violences. Des centaines d'entre eux ont été tués, mutilés ou séparés de force de leurs parents en 2019, s'alarme l'Unicef dans un document publié mardi 28 janvier.

Ainsi, environ 5 millions d'enfants au Burkina Faso, au Mali et au Niger auront besoin d'une aide humanitaire en 2020, contre 4,3 millions auparavant. Cette prévision est liée à une augmentation de la violence, notamment des attaques contre les enfants et les civils, des enlèvements et du recrutement d'enfants dans les groupes armés.

Les attaques contre les enfants ont augmenté l'année dernière; par exemple, le Mali a enregistré 571 violations graves contre les enfants au cours des 9 premiers mois de 2019, contre 544 en 2018 et 386 en 2017. Depuis le début de l'année 2019, plus de 670 000 enfants de la région ont été contraints de quitter leur foyer en raison du conflit armé et de l'insécurité.

«Des expériences traumatisantes»

«Lorsque nous regardons la situation dans le centre du Sahel, nous ne pouvons qu'être affectés par l'ampleur de la violence à laquelle les enfants sont confrontés. Ils sont tués, mutilés et abusés sexuellement, des centaines de milliers d'entre eux ont vécu des expériences traumatisantes», a affirmé Marie-Pierre Poirier, directrice régionale de l'Unicef pour l'Afrique centrale et occidentale à la sortie du rapport.

L'augmentation de la violence a également des conséquences dévastatrices sur l'apprentissage des enfants. Fin 2019, plus de 3 300 écoles dans les trois pays étaient fermées ou ne fonctionnaient pas à cause de la violence - soit une multiplication par six par rapport à avril 2017 - touchant 650 000 enfants et 16 000 enseignants.

Une insécurité alimentaire 

L'insécurité et le déplacement créent des obstacles importants pour les enfants et les familles qui cherchent à accéder aux services essentiels, à la nourriture et au soutien nutritionnel - des facteurs de risque qui peuvent entraîner une détérioration de l'état nutritionnel et de la santé des enfants. L'institution internationale estime que dans le centre du Sahel, plus de 709 000 enfants de moins de 5 ans souffriront de malnutrition aiguë sévère et auront besoin de soins vitaux cette année.

Pendant ce temps, l'accès des familles à l'eau potable diminue. Rien qu'au Burkina Faso, l'accès à l'eau potable a diminué de 10 % entre 2018 et 2019 dans les zones où les personnes déplacées représentent plus d'un cinquième de la population. Certaines zones ont connu une diminution allant jusqu'à 40 %.

Le Mali, où la guerre a éclaté en 2012 avant de se propager, le Burkina Faso et le Niger sont en proie à une alarmante dégradation sécuritaire. Ils sont le théâtre d'une forte poussée djihadiste combattue par les armées nationales et étrangères, de brutalités intercommunautaires et de multiples trafics alimentant la violence. Celle-ci a fait des milliers de morts, combattants et civils, et des centaines de milliers de déplacés.

 

28 janvier 2020, 09:46