Recherche

Vatican News
Débris du Boeing ukrainien 737-800 abattu par un missile iranien. Débris du Boeing ukrainien 737-800 abattu par un missile iranien. 

Téhéran reconnaît avoir abattu l’avion ukrainien par erreur

L’avion d’Ukraine Airlines qui s’est écrasé en Iran a bien été touché par un missile iranien. Téhéran a reconnu ce 11 janvier avoir abattu l’appareil par «erreur» et présente des excuses aux familles des victimes. Après avoir nié toute responsabilité, le gouvernement iranien lève le voile sur le crash qui a fait 176 morts, dans un contexte de vives tensions entre Téhéran et Washington.

Hélène Destombes - Cité du Vatican

Le Boeing 737 a été pris pour un «avion hostile», «un missile de croisière», argumente l'armée iranienne. La décision d’intervenir a été prise par un soldat sans pouvoir obtenir la confirmation d'un ordre de tir à cause d'un «brouillage» télécom, selon les affirmations d'un général iranien. Il s'agit d'une «erreur humaine» et le responsable «va être traduit immédiatement en justice» précise l’état-major des forces armées iraniennes soulignant que les faits se sont déroulées dans une situation délicate. Une référence à la crise déclenchée par la mort, le 3 janvier dernier, du général iranien Soleimani, tué par un drone américain. Le ministre des affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif tout en présentant des «excuses» au nom de son pays a d’ailleurs pointé la responsabilité de l'«aventurisme américain» dans ce «désastre».

Le président iranien Hassan Rohani a lui déploré «une grande tragédie et une erreur impardonnable». Et le guide suprême d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, a exhorté à prendre les mesures nécessaires «pour éviter la répétition de pareil accident». Après avoir catégoriquement rejeté toute responsabilité dans cette catastrophe Téhéran opère donc une spectaculaire volte-face. Mais après ce mea culpa, le Canada et l’Ukraine réclament à présent une enquête approfondie pour que soient établies les responsabilités.  Le président ukrainien doit s’entretenir dans l’après-midi de ce samedi avec son homologue iranien avant de s’adresser à son peuple.

(Avec l’AFP)

11 janvier 2020, 08:50