Recherche

Vatican News
Depuis plusieurs mois, la tension est monté d'un cran à Bagdad, Image d'illustration. Depuis plusieurs mois, la tension est monté d'un cran à Bagdad, Image d'illustration.   (ANSA)

Disparition de quatre collaborateurs de l’association SOS Chrétiens d'Orient

Quatre collaborateurs «expérimentés» de l'ONG française SOS Chrétiens d'Orient, trois Français et un Irakien, sont portés disparus depuis lundi à Bagdad sans qu'aucune demande de rançon n'ait pour l'instant été faite, a annoncé l'ONG vendredi 24 janvier.

Les quatre hommes ont «disparu aux alentours de l'ambassade de France», a déclaré à Paris Benjamin Blanchard, le directeur général de l'ONG SOS Chrétiens d'Orient, qui vient en aide aux chrétiens orientaux. «Aucune demande de rançon» n'a été faite, a-t-il ajouté au cours d'une conférence de presse à Paris.

Ces collaborateurs s’étaient rendus à Bagdad pour réaliser un certain nombre de formalités administratives : renouveler leurs visas et poursuivre la procédure d’enregistrement de l’association auprès des autorités irakiennes. Ils devaient par ailleurs faire un suivi des opérations de l’association en Irak, dont l’ouverture d’une nouvelle école.

Les quatre membres de l'ONG «devaient se rendre à un rendez-vous qui ne posait pas de problème particulier», a précisé le responsable. Ils avaient quitté en voiture leur hôtel qui «fait partie des établissements qui, régulièrement, reçoit du personnel international», selon lui.

«A ce jour, nous n’avons reçu aucune demande de rançon, ni information sur le sort de nos quatre amis et collaborateurs. Nous sommes bien entendu en contact étroit avec leurs familles. L’association et toutes nos équipes partagent leur terrible inquiétude.» peut-on lire sur le communiqué de l’association. 

L'Œuvre d'Orient, association française engagée auprès des chrétiens d’Orient dans 23 pays dont l'Irak, a exprimé sa solidarité via les réseaux sociaux, en publiant le message suivant: «Toutes nos prières accompagnent les 3 membres français de SOS chrétiens d'Orient et leur collaborateur irakien disparus depuis lundi à Bagdad. L'Œuvre d'Orient les assure de sa prière et de son soutien actif».

Tensions à Bagdad depuis plusieurs mois

Bagdad est en proie à des manifestations depuis plusieurs mois, certaines contre le gouvernement et l'influence de l'Iran, et d'autres, plus récentes, contre la présence de troupes américaines en Irak après la mort du général iranien Qassem Soleimani, tué à Bagdad début janvier dans une attaque de drone.

Durant les trois années du califat auto-proclamé par l'organisation Etat islamique (EI), les minorités religieuses, en particulier les Yazidis et les chrétiens chaldéens et syriaques de la plaine de Ninive --province dont Mossoul est le chef-lieu-- ont été persécutées par les jihadistes, entraînant un exode massif.

En Irak, les chrétiens, au nombre de 1,5 million avant 2003, étaient à l'été 2019 «bien en dessous des 150 000», selon l'organisation catholique Aide à l'Église en détresse (AED), une fondation internationale de droit pontifical. En Syrie, ils sont actuellement moins de 500 000 contre 1,5 million en 2011, toujours selon l'AED.

En novembre dernier, l'AED avait toutefois indiqué que la persécution des chrétiens avait «considérablement diminué» en Syrie et Irak, en raison notamment de «la défaite militaire de l'État islamique».

25 janvier 2020, 07:40