Recherche

Vatican News
Mardi 17 novembre 2019, le gouvernement a annoncé des mesures pour endiguer la crise économique. Mardi 17 novembre 2019, le gouvernement a annoncé des mesures pour endiguer la crise économique.  

L’Argentine tente d’endiguer sa crise économique

Une semaine après sa prise de fonction, le président argentin, Alberto Fernandez, entend donner le ton. Mardi 17 décembre, l’exécutif annonçait des mesures économiques pour tenter d’endiguer la crise économique qui saisit le pays. L’Argentine, troisième puissance d’Amérique latine, connaît un taux d'inflation de 55 %, son taux de pauvreté avoisine les 40 % et le chômage dépasse les barres des 10 %.

La première étape est de redonner de la puissance au pesos argentin. Le ministre de l'Économie entend donc décourager l’épargne en dollars, préférée par de nombreux Argentins, car la monnaie locale est vue comme volatile. Martin Guzman a ainsi annoncé une taxe de 30 % sur l’achat des devises étrangères.

Ces mesures entreront en vigueur dès qu'elles seront adoptées par le Parlement, a précisé, mardi 17 décembre, Martin Guzman, qui était jusqu'à très récemment un des collaborateurs à l'université de Columbia de New York du prix Nobel d'Économie Joseph Stiglitz.

Si les mesures sont validées, les Argentins verront leurs achats à l’étranger avec une carte bancaire taxés également à 30 %, tout comme les voyages et les paiements de service en dollars comme Netflix ou Spotify. L’exportation de produits agricole sera elle davantage imposée, le secteur agricole est le seul à afficher une forte croissance (46 % au deuxième trimestre), selon l'Institut national de la statistique.

Apaiser l’économie argentine 

«Nous cherchons à apaiser l’économie argentine», a déclaré Martin Guzman, ancien collaborateur du prix Nobel d’économie. Les mesures mises en place par l'exécutif précédent sous la houlette du libéral Mauricio Macri restent par ailleurs en vigueur : depuis fin octobre les Argentins ne peuvent acheter que 200 dollars par mois à des fins d’épargne. 

Le ministère de l'Économie argentin veut également encourager le pouvoir d’achat : il a annoncé une prime de 10 000 pesos, environ 150 euros, pour les retraités touchant les pensions les plus basses, «Il s'agit d'interrompre la chute de l'économie argentine tandis que nous protégeons ceux qui ne peuvent plus fournir davantage d'efforts», a expliqué Martin Guzman.

Le panorama économique de la troisième puissance d'Amérique latine est assez sombre. Outre une contraction du PIB de 3,1 % prévue en 2019 par le FMI, l'année devrait se terminer avec une inflation de 55 % environ, un taux de pauvreté autour de 40 % et le chômage à 10,4 %.

18 décembre 2019, 08:44