Recherche

Vatican News
Des militants du Parti National, le parti de Luis Lacalle Pou, élu le 24 novembre 2019 en Uruguay. Des militants du Parti National, le parti de Luis Lacalle Pou, élu le 24 novembre 2019 en Uruguay.   (ANSA)

L'Uruguay bascule à droite

Après quinze ans d’hégémonie de la gauche en Uruguay, les électeurs ont choisi le candidat de centre-droit Luis Lacalle Pou pour devenir le prochain président. Une mince victoire, proclamée le 28 novembre: environ 40 000 voix séparent les deux candidats. Luis Lacalle Pou sera investi en mars.

L’Uruguay qui passe à droite, c’est un nouveau barrage à la vague rose qui avait déferlé sur l’Amérique latine dans les années 2000. Celle qui avait emporté le Chili, l’Argentine, le Brésil… Des pays voisins qui ont également basculé à droite ou au centre récemment, le président brésilien Jair Bolsonaro s’est d’ailleurs réjoui de la victoire de Luis Lacalle Pou. 

À 46 ans, Luis Lacalle Pou s’est hissé au pouvoir avec une coalition allant de la droite conservatrice au centre droit. Après l’annonce de sa victoire, retardée en raison du nombre très mince de voix entre les deux candidats, l’homme de Montevideo a commencé à former son gouvernement, qui prendra ses fonctions dans 4 mois. 

15 ans de présidence de gauche

La victoire de Luis Lacalle Pou tourne la page de 15 ans de présidence de gauche en Uruguay, qui avait vu l'alternance au pouvoir du président Tabaré Vasquez (2005-2010, 2015-2020) et de l'ex-guérillero d'extrême gauche José Mujica (2010-2015).

Après un Uruguay marqué par le socialisme - ces dernières années le pays a autorisé l’avortement, le mariage homosexuel et est devenu pionnier dans la légalisation du cannabis -, Luis Lacalle Pou a axé sa campagne sur l’économie: il promet de réduire les dépenses de l’État pour diminuer le déficit public, et a juré de ne pas augmenter les impôts, pour favoriser ceux qui produisent a-t-il déclaré. Cet argument a su faire mouche dans un pays où le taux de chômage s’élève à 9,5%.

Autre sujet au coeur des préoccupations des électeurs, la criminalité. Réputé pour être un des plus sûrs d'Amérique latine, l'Uruguay a connu une hausse de 45% des homicides entre 2017 et 2018.

29 novembre 2019, 08:16