Recherche

Vatican News
Des voitures détruites par le feu près de Damour, le 15 octobre 2019. Des voitures détruites par le feu près de Damour, le 15 octobre 2019.  (AFP or licensors)

Incendies au Liban : les Libanais entre abattement et colère

Ces deux derniers jours, le Pays du Cèdre a été ravagé par de multiples incendies, les pires qu’il ait connus depuis des décennies, selon des médias locaux. Les dégâts s’annoncent colossaux. La population accuse le coup et pointe du doigt la faillite des autorités.

Entretien réalisé par Manuella Affejee- Cité du Vatican

Après des heures de lutte acharnée, compliquée par les vents chauds qui soufflent sur le pays, il semblerait que la plupart des incendies soient aujourd’hui maîtrisés.  Pendant deux jours, une centaine de foyers déclarés quasi simultanément ont ravagé le Liban, notamment la région boisée et montagneuse du Chouf (sud de Beyrouth), dévorant les forêts et les habitations, poussant de nombreux habitants à fuir leurs maisons, contraignant plusieurs écoles et universités à fermer, faisant même exploser des mines datant de la guerre civile. On dénombre un mort civil, -décédé d’une crise cardiaque après avoir aidé les pompiers-, ainsi que plusieurs blessés parmi la population et les soldats du feu. Quelques régions de Syrie, dans les provinces de Tartous et Lattaquié, ont également été touchées.

Les dégâts sont considérables ; la perte des vertes forêts, -dont la superficie s’est considérablement amoindrie au fil des ans en raison d’une bétonisation accélérée du pays-, est telle que les autorités parlent d’une catastrophe écologique et environnementale, dont il est, pour l’heure, encore difficile de prévoir les conséquences sur la biodiversité locale.

Les Libanais déplorent donc un véritable désastre et constatent avec colère la faillite des autorités. Car le pays est coutumier des incendies saisonniers, et cela, depuis des années. Pourtant, hélicoptères et canadairs ont manqué à l’appel, au point que le Premier ministre Saad Hariri a du solliciter l’aide des pays voisins : Chypre, Jordanie et Grèce. Sans leur aide matérielle, il n’est pas sûr que ces incendies dévastateurs aient pu être maîtrisés.

Un autre sujet de polémique tient à la nature de ces incendies. Leur ampleur et leur violence font craindre une origine criminelle. Une enquête a été ouverte.

Pour le père Gabriel Khairallah sj, professeur à l’Université St Joseph de Beyrouth, toutes ces hypothèses sont à prendre avec prudence. Il note, quoi qu’il en soit, un «abattement» des habitants et une colère envers un État dépassé et proche de la banqueroute. Mais tout n’est pas imputable aux autorités, tempère-t-il faisant aussi remarquer le manque de citoyenneté des Libanais dans le respect et la protection de la nature.

Entretien avec le père Gabriel Khairallah
16 octobre 2019, 17:56