Recherche

Vatican News
Sur un marché à Primrose Hill, au nord-est de Londres, le 5 octobre 2019 Sur un marché à Primrose Hill, au nord-est de Londres, le 5 octobre 2019  (AFP or licensors)

La FAO alerte contre le gaspillage et les pertes alimentaires

Une «multiplication des crises alimentaires» est à craindre dans différents endroits du monde, sous l'effet de plusieurs facteurs simultanés, démographiques, environnementaux, climatiques et financiers, s'inquiète vendredi 18 octobre un rapport scientifique diffusé par la FAO, l’Agence mondiale pour l’alimentation aux Nations-Unies, et la Commission européenne.

Le rapport, intitulé “Systèmes alimentaires en danger”, pointe les risques de pénurie et de famine dans certains pays, notamment en Afrique, sous l'effet du réchauffement climatique et des conflits armés, mais aussi les risques d'augmentation de l'obésité, ou de «choc» de prix sur les marchés mondiaux des denrées agricoles, comme en 2007-2008.

Les problèmes de malnutrition de la planète se divisent désormais presque équitablement entre deux grandes catégories opposées: les quelque deux milliards de personnes carencées en micronutriments (vitamines et minéraux), dont 820 millions souffrent de la faim, alors que deux milliards de personnes obèses et en surpoids sont recensées.

La FAO, de son côté, a clos ce vendredi 18 octobre la Semaine mondiale pour l’alimentation, publiant en début de semaine un nouveau rapport sur les pertes et gaspillages alimentaires, autre enjeu majeur de la sécurité alimentaire. 

En effet, chaque année, près d’un tiers de l’ensemble de la nourriture produite et destinée à la consommation humaine est soit perdue, soit gaspillée… tandis qu’un aliment sur sept est jeté dans le monde, avant même d’être vendu. Les pertes et le gaspillage alimentaire ont toutes sortes de conséquences pour les économies, pour la sécurité alimentaire et pour l’environnement. Elles touchent principalement les fruits et légumes.

Alors que 820 millions de personnes ne mangent pas à leur faim dans le monde, 13,8% de la nourriture est donc jetée avant même d’atteindre les étals des commerces. 

Dans ce rapport également, la FAO différencie les pertes et le gaspillage alimentaires. Elle définit comme perte ce qui est perdu après la récolte et avant la vente au détail. Le gaspillage prend en compte la vente et la consommation. Jusqu’à présent, c’est le gaspillage dans sa globalité qui était pris en compte.

En 2011 déjà, la FAO avait publié une étude qui révélait qu’un tiers de la production alimentaire mondiale n’était pas consommé. 

18 octobre 2019, 13:40