Cerca

Vatican News
Nayib Bukele, président du Salvador Nayib Bukele, président du Salvador  (AFP or licensors)

Le Salvador se lance dans la traque contre la corruption

Vendredi 6 septembre, le président salvadorien Nayib Bukele a annoncé la création de la Commission internationale contre l’impunité au Salvador (Cicies). Promesse de campagne du jeune président, et inspirée des commissions mises en place dans des pays voisins, cette commission est une petite révolution judiciaire pour le pays, bien qu’elle ne fasse pas l’unanimité.

 Cécile Mérieux – Cité du Vatican

C’était une des promesses phares du jeune Nayib Bukele, 38 ans, élu dès le 1er tour de la présidentielle salvadorienne avec 53% des voix, à a surprise générale. Se présentant sous une bannière politique nouvelle, hors des deux principaux partis qui monopolisaient la sphère politique depuis la fin de la guerre civile et de l’accord de paix en 1992, l’ancien maire de San Salvador avait promis la rupture à ses compatriotes.

Une mesure très attendue

Lors de son investiture, le 1er juin, il s’est engagé à s’attaquer à la corruption, cause de la perpétuation de la violence et de  la misère au Salvador. À peine 100 jours après sa prise de pouvoir, le président Bukele a donc présenté la Commission internationale contre l’impunité au Salvador (Cicies), une entité «indépendante, neutre et transparente» selon ses mots. L’accord a été signé vendredi avec l’Organisation des États américains (OEA), dont une délégation commencera le travail ces prochains jours en collaboration avec les différentes institutions salvadoriennes.

Une urgence au Salvador

La corruption se pratique en toute impunité au Salvador, 108e  pays du classement établi chaque année par l’ONG Transparency International, et à toutes les échelles. L’ancien président Mauricio Funes (2009-2014), exilé au Nicaragua, est accusé d’avoir détourné plus de 350 millions de dollars, tandis que son prédécesseur, Elias Antonio Saca (2004-2009), purge une peine de dix ans de prison pour des faits similaires. La corruption généralisée entretient le malaise dans le pays, l’un des les plus violents de la planète. Le haut taux de criminalité pousse nombre de ses 6,4 millions d’habitants à l’exil. Sa capitale, San Salvador, connait un taux d’homicide supérieur à 50 pour 100 000 habitants, ce qui la place au 24e rang dans la hiérarchie des villes dangereuses établi par une ONG mexicaine.

Antécédents centraméricains

Tous les pays d’Amérique Centrale sont confrontés au problème de la corruption et plusieurs mesures de contrôle ont été entreprises. La Cicies a été construite sur le modèle de la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (Cicig), créée en 2006 par un accord entre les Nations unies et le Congrès guatémaltèque.  En un peu plus de dix ans, la mission onusienne a démantelé 70 structures criminelles et condaméa plus de 400 personnes, dont le président Otto Pérez Molina (2012-2015) contraint à démissionner. La Cicies s’apparente aussi à la Mission d’appui à la lutte contre la corruption et l’impunité au Honduras (Maccih) car ces deux entités sont rattachées à l’OEA, et disposent de prérogatives plus limitées que la Cicig guatémaltèque.

Zones d’ombre de cette petite révolution

Outre son manque d’expérience, le point de faiblesse du président Bukele est son absence de majorité à l’Assemblée législative. Les deux partis traditionnels restent en position de force au Congrès : l’Alliance Républicaine Nationale (Arena, droite), et le Front Farabundo Marti de Libération nationale (FMLN, ex-guérilla) successivement au pouvoir depuis vingt ans. 

Ces deux partis, principales cibles de la Cicies, n’ont pas accueilli de bon cœur cette initiative visant à faire la lumière sur les manœuvres obscures des gouvernements passés. Parmi leurs nombreuses et  vives critiques, ils condamnent notamment la perte de souveraineté de l’État au profit de l’OEA. Cette forte opposition partisane a contraint le président Bukele à recourir à un décret pour lancer la Cicies, ce qui ne lui donne pas de pouvoir pénal et donc limite la portée de l’instance. De plus, l’organisme sera établi au sein de la police, une des institutions salvadoriennes les plus corrompues, soulevant de nouveau des interrogations quant à son indépendance et son pouvoir d’action.

Certaines parts de la société civile émettent des réserves, regrettant de ne pas avoir plus de transparence sur son mode de fonctionnement et ses pouvoirs réels. Beaucoup redoutent que cette entité ne soit que de la poudre aux yeux. Néanmoins, les sondages indiquent un soutien majoritaire de la part des Salvadoriens, attachés à voir enfin jugés ceux qui continuent de recourir à la corruption en toute impunité.

12 septembre 2019, 15:50