Cerca

Vatican News
Une femme épluche des cacahuètes dans le village de Lambokely, près de la ville de Morondava (côte ouest malgache). Une femme épluche des cacahuètes dans le village de Lambokely, près de la ville de Morondava (côte ouest malgache).  

ONU: à Madagascar, la priorité de l'alimentation scolaire

Entretien avec Cédric Charpentier, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial à Madagascar, dans le cadre du voyage apostolique de François sur l'île, du 6 au 9 septembre 2019.

Madagascar possède énormément de ressources: la vanille, les lémures…  Il y a beaucoup de choses, il y a beaucoup d’éco-tourisme. De l’extérieur, cela peut paraître comme un pays qui a beaucoup de ressources mais en fait c’est un très grand pays, beaucoup plus grand que l’Italie par exemple, avec beaucoup de ressources au nord mais malheureusement très peu au sud. Il y a une grosse différence entre les populations qui vivent au bord de l’eau, celles qui vivent dans les montagnes, ou celles au sud où c’est beaucoup plus sec.

C’est un pays très exposé aux aléas climatiques et aux catastrophes naturelles. Les cyclones et la sécheresse affectent énormément Madagascar. C’est le pays africain le plus exposé aux cyclones et aussi l'un des pays du monde le plus exposé aux catastrophes climatiques.

On ajoute à cela une agriculture en majorité pluviale de petite échelle, qui ne permet pas toujours de nourrir les familles correctement, et qui a du mal à atteindre les marchés pour que les familles puissent avoir les revenus dont elles ont besoin. En plus de tout cela, existe la difficulté d’accéder à une éducation correcte et à l’eau. Dans le sud, il y a des gros problèmes d’eau en ce moment.

L’ensemble de tout ceci fait que malgré les richesses, on se retrouve avec un pays dont l’accès à une bonne nutrition est très inégal.

Comment travail le Programme Alimentaire mondial à Madagascar? Quels projets conduisez-vous à moyen terme?

Le PAM vient de signer son nouveau programme pour le pays, courant de 2019 à 2024. C’est  un projet d’environ 300 millions de dollars américains qui a pour objectif non seulement d’éliminer la faim à Madagascar mais aussi de créer des partenariats permettant d’éliminer la faim. 

 

Nous avons plusieurs priorités. Tout d’abord assurer une bonne coordination entre les acteurs humanitaires et les acteurs de développement, donc entre ceux qui interviennent sur le court terme et ceux qui interviennent sur le long terme. Nous devons être capable d’assurer la résilience des populations, c’est-à-dire des gens qui sont moins affectés par des chocs climatiques, des gens qui sont capables de se relever des différents chocs de façon plus rapide ou même de ne pas être affectés par des chocs. Notre priorité est aussi de dresser les causes de la malnutrition chronique tout en préparant les ménages à répondre aux chocs qui risquent d’arriver.

Nous travaillons principalement avec des populations vulnérables, des femmes, des enfants. Nous essayons d’aider la jeunesse, les gens qui sont nutritionnellement vulnérables comme des femmes enceintes et allaitantes, des enfants de moins de 5 ou de 2 ans. Nous travaillons aussi beaucoup à moyen terme, par exemple avec de petits producteurs en liant la petite production locale avec les cantines scolaires, ou avec d’autres projets pour que les enfants ou les femmes enceintes puissent manger les produits locaux et du coup permettre aux petits agriculteurs d’avoir un revenu supplémentaire.

Comment les femmes malgaches participent-elles à votre programme ?

On a mis beaucoup l’accent sur la capacité d’action des femmes dans notre projet sur les cinq prochaines années et cela passe principalement par des formations autour des techniques agricoles, la possibilités pour ces femmes d’avoir des boutiques coopératives de transformation de produits agricoles. On travaille notamment sur le manioc, qui était très peu valorisé dans le sud du pays, et qui du coup était perdu. Maintenant on a permis à des groupes de femmes de transformer ce manioc en un produit, le gari, qui permet de ne pas le perdre, de le vendre sur le marché et du coup d’être capable de ramener un revenu chez elles.

On travaille aussi beaucoup sur tout ce qui est apprentissage de techniques culinaires, ou de connaissances autour de la nutrition, pour que les femmes puissent reprendre le dessus sur la malnutrition et nourrir leurs enfants correctement. Cela leur permet aussi de faire le bon choix quand il s’agit d’acheter des bons produits sur le marché.

Qu’attendez-vous de cette visite du Pape François à Madagascar ?

Notre message pour la visite du Pape ici à Madagascar, serait de nous aider à porter ce message d’espoir que l’on essaie de transmettre aux populations malgaches, et de nous aider en faisant un appel à propos de tout ce qui concerne l’alimentation scolaire, l’aide aux enfants, pour que la population malgache soit bien éduquée et ait le ventre bien rempli. Ce serait aussi nous aider à remettre les femmes au sein de la productivité économique du pays. On espère que le Pape pourra porter ces messages-là, adressés non seulement aux communautés mais aussi auprès des responsables du nouveau gouvernement qu’il va rencontrer, pour pouvoir les inspirer. Le Pape arrive à un moment clef pour pouvoir véhiculer cet espoir pour les femmes, les enfants et les jeunes de Madagascar.  

06 septembre 2019, 17:29