Cerca

Vatican News
Rayaa Nicol Abdel Masih, ici à droite sur la photo, lors de la prestation de serment des membres du Conseil de Transition. Rayaa Nicol Abdel Masih, ici à droite sur la photo, lors de la prestation de serment des membres du Conseil de Transition.  (AFP or licensors)

Soudan: une femme chrétienne nommée au sein du Conseil de transition

On connait dorénavant la composition complète du Conseil souverain chargé de mener la transition politique au Soudan.

Le général Abdel Fattah al-Burhane a prêté serment ce mercredi 21 août 2019 comme chef de ce Conseil souverain de transition, composé de six militaires et cinq civils. Il était jusqu’à présent le numéro un du Conseil militaire de transition, mis en place après la destitution d’Omar el Béchir le 11 avril dernier. Parmi les onze membres du Conseil, dont les noms ont été dévoilés hier, et qui ont également prêté serment ce matin, figure une femme chrétienne.

Cette chrétienne copte, Rayaa Nicol Abdel Masih, a été choisie par consensus par les militaires et les représentants des Forces pour la liberté et le changement (FLC) comme onzième membre du Conseil souverain, qui doit superviser la transition. C’est une première, et cela est présenté comme un signe d’ouverture et de tolérance pour ce pays qui avait vu la minorité chrétienne perdre de son influence après la sécession du Soudan du Sud, en 2011.

Une nomination pour encourager la tolérance religieuse

Jusqu’alors conseillère légale au ministère de la Justice, Rayaa Nicol Abdel Masih, doit «exprimer la tolérance religieuse et la diversité dans le pays» selon un des chefs de file du FLC. Elle rejoint ainsi les cinq autres civils qui composent le Conseil aux côtés de six militaires. Elle est aussi la seconde femme de cet exécutif avec Aisha Musa, professeure de littérature arabe à l’Université de Jartum.

Ces onze membres travailleront durant les 21 prochains mois sous la direction du général al-Burhane, que les Soudanais connaissent bien maintenant. Un civil devrait lui succéder selon l’accord signé samedi dernier, pendant les 18 mois suivants.

Au final, après trois ans de transition, le pays devrait être doté de nouvelles institutions politiques et des élections devrait être organisées, en principe en 2022 donc.

Dernière étape, la validation attendue d’Abdallah Hamdock, économiste et ancien collaborateur de l’ONU au poste de Premier ministre. Il devra former un gouvernement d’ici le 28 août. Il aura pour charge essentielle de redresser l’économie en ruine du pays et de mettre un terme aux conflits armés internes.

 

21 août 2019, 17:35