Cerca

Vatican News
Des paramilitaires indiens à Jammu, capitale du Cachemire indien, le 6 août. Des paramilitaires indiens à Jammu, capitale du Cachemire indien, le 6 août.  (ANSA)

New Delhi révoque l'autonomie du Cachemire indien

Promesse électorale du parti nationaliste hindou au pouvoir, cette mesure pourrait raviver les tensions dans cette région à cheval entre Inde et Pakistan en proie au séparatisme depuis plusieurs décennies.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel-Cité du Vatican 

Le Cachemire est de nouveau au cœur d’un bras de fer entre l’Inde et le Pakistan. New Delhi a annoncé lundi matin 5 août révoquer l’autonomie dont bénéficiait la partie indienne de cette région disputée entre les deux pays, ouvrant la voie à un renforcement du gouvernement nationaliste hindou sur cette province à majorité musulmane. Un décrt applicable "immédiatement" a précisé le gouvernement indien. 

Depuis 1949 et la première guerre indo-pakistanaise, le Cachemire bénéficiait d'une large autonomie, en dehors des domaines de la défense ou des affaires étrangères. Le Pakistan voisin a aussitôt dénoncé une "décision illégale". 

Des Cachemiris isolés

Cette décision politique se tient dans un contexte de contrôle total de l'information : l'état indien a en effet imposé un blocus des communications, internet a été coupé dans la région et les journaux locaux ont cessé leur publication. Cette manœuvre de New Delhi suscite par ailleurs l'inquiétude dans cette province très militarisé où pas moins de 500 000 soldats sont déployés pour une population de 12 millions d'habitants. 

Cette révocation, qui pourrait déboucher sur de nouvelles flambées de violence est ainsi une reprise en main des Indiens non cachmiris, promise par le BJP, le parti nationaliste hindou au pouvoir. explique Olivier Guillard, spécialiste du sous-continent indien à l’IRIS, l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques à Paris 

Entretien avec Olivier Guillard
06 août 2019, 08:24