Cerca

Vatican News
Les parents de Vincent Lambert, le 19 mai dernier devant le CHU de Reims, en France Les parents de Vincent Lambert, le 19 mai dernier devant le CHU de Reims, en France  (AFP or licensors)

France : les parents de Vincent Lambert ne déposeront plus de recours

Viviane et Pierre Lambert n’acceptent pas la mort de leur fils mais s’y résignent, déclarent-ils dans une lettre ouverte ce lundi 8 juillet. Tétraplégique en état végétatif depuis un accident de la route en 2008, Vincent Lambert est plongé dans une sédation profonde et continue depuis mardi dernier. Il n'est plus ni alimenté, ni hydraté. Sa mort est «médicalement irréversible» estiment les avocats de ses parents.

Une veillée pour Vincent Lambert aura lieu mercredi soir, peut-on lire sur le site du comité de soutien «Je soutiens Vincent». 

C’est sur cette page internet que ce matin, les parents de Vincent Lambert se sont exprimés. «Cette fois, c’est terminé» écrivent-ils. Après six jours en sédation profonde, sans être alimenté ni hydraté, les conditions de cet homme de 42 ans qui incarne, malgré lui, le débat sur la fin de vie en France, se sont dégradées. 

«La mort de Vincent est désormais inéluctable. Elle lui a été imposée à lui comme à nous. Si nous ne l’acceptons pas, nous ne pouvons que nous résigner dans la douleur, l’incompréhension, mais aussi dans l’espérance.»

«Plus rien à faire, sinon prier»

Les parents de Vincent Lambert ne déposeront plus de recours en justice pour maintenir leur fils en vie. «Nos avocats ont multiplié ces derniers jours encore les recours et mené d’ultimes actions pour faire respecter le recours suspensif devant (le Comité des Droits des Personnes Handicapées de) l’ONU qui bénéficiait à Vincent. En vain». Vendredi dernier, ils avaient déposé une plainte pour tentative d’homicide volontaire. 

Aujourd’hui, estiment-ils, «il n’y a plus rien à faire sinon prier et accompagner notre cher Vincent, dans la dignité et le recueillement». Ils remercient ceux qui ont prié, pendant toutes ces années et continuent de prier pour Vincent, et demandent aux journalistes de respecter leur intimité dans ces moments «si douloureux».
Il n’y aura pas d’autres déclarations, précisent leurs avocats.

Mardi dernier, au CHU de Reims où il est hospitalisé, le médecin de Vincent Lambert a, de nouveau, arrêté d'hydrater et de nourrir son patient, plongé dans une «sédation profonde et continue».

08 juillet 2019, 17:15