Cerca

Vatican News
Un camp de réfugiés Rohingyas touché par la montée des eaux, Ukhia, Bangladesh, 7 juillet 2019 Un camp de réfugiés Rohingyas touché par la montée des eaux, Ukhia, Bangladesh, 7 juillet 2019  (AFP or licensors)

Au Bangladesh, la Caritas vient en aide aux populations touchées par la mousson

Dans plusieurs pays d’Asie, la mousson fait des ravages, provoquant notamment inondations et glissements de terrain. Le bilan humain est déjà lourd, et au Bangladesh, l’aide humanitaire parvient peu à peu à ceux qui en ont besoin.

Au Bangladesh, depuis le mois de juin, les pluies des moussons frappent la majeure partie du pays, en particulier les zones du centre nord et du sud-est. La zone de Cox’s Bazar, qui accueille plus d’un million de réfugiés Rohingyas venus du Bangladesh voisin, semble par exemple ne pas connaître de trêve. Selon les responsables sanitaires locaux, les inondations entraînées par deux semaines de pluie ont fait au moins 90 morts et plus de 1,5 millions de déplacés. Des milliers de personnes se retrouvent sans abri. Au total, plus de 3,5 millions sont concernées par ce phénomène climatique au Bangladesh.

La Caritas du pays a commencé à apporter son aide des aides à la population du diocèse de Rajshahi, à l’ouest du Bangladesh. «Dans la zone touchée par l’inondation, les personnes souffrent», explique le directeur régional de la Caritas de Rajshahi, Sukleash George Costa. «Parmi les aides distribuées jusqu’ici, nous avons remis 10 kg de riz, 2 kg de lentilles, 1 kg de sel, 1 litre d’huile de soja et de l’argent liquide à 400 familles», précise-t-il. Selon des sources de la Caritas, des aides parviendront bientôt dans d’autres zones du pays.

Le Népal, l’Inde et le Bangladesh durement frappés

À la mi-juillet, inondations et des glissements de terrain causés par une mousson torrentielle avaient déjà fait de nombreux morts et disparus en Asie du sud. Au Népal, le 14 juillet, le ministère de l'Intérieur a ainsi annoncé 55 morts et 30 disparus, tandis que plus de 1 100 personnes avaient été secourues. En quelques jours, dix mille personnes avaient été contraintes de quitter leurs foyers, notamment dans les régions de montagne où de vastes zones sont inondées.

Le nord-est de l'Inde a lui aussi été touché. Au moins 11 personnes ont été tuées dans les inondations dans l'État d’Assam, qui compte également 1,5 million de déplacés.

Enfin, dans les camps de réfugiés du sud-est du Bangladesh, dans la région de Cox's Bazar, au moins 10 personnes y ont trouvé la mort, selon un rapport des Nations unies. Par ailleurs, 500 000 déplacés ont été enregistrés dans la région de Chittagong, où 200 villages sont inondés.

Une situation qui pourrait empirer, étant donné que la saison des moussons s'étale de juin à septembre en Asie du Sud. L’année dernière, plus de 1 200 personnes avaient trouvé la mort dans les intempéries, et la région indienne du Kerala avait subi ses pires inondations en près d'un siècle.

Avec Fides et AFP

 

26 juillet 2019, 17:29