Recherche

Vatican News
Une procession de chrétiens en Inde, le 30 mars 2018. Une procession de chrétiens en Inde, le 30 mars 2018.   (AFP or licensors)

En Inde, la minorité chrétienne plus touchée par le chômage

À la ville comme à la campagne, les chrétiens indiens sont parmi les derniers en ce qui concerne le développement humain. Le taux de chômage des hommes chrétiens indiens est supérieur à celui des hommes des autres religions dans l’ensemble du pays.

Devant la chambre basse du Parlement indien, le ministre fédéral chargé des minorités religieuses, Mukhtar Abbas Naqvi, a présenté les taux de chômage dans les différentes minorités religieuses, détaille l’agence Fides. En zone rurale, le taux de chômage chez les hommes chrétiens s’élève à 6,9 %, contre 5.7 % chez les hindous, 6,4 pour les sikhs et 6,7 chez les musulmans. Une constatation également valable pour les zones urbaines : près de 9 % des chrétiens sont touchés contre 7 % des hindous. En Inde, plus d’un chrétien sur trois est un intouchable, selon les traditions, leur simple contact rend impur. Une situation qui rend difficile leur accès à l’emploi. 

Les femmes plus touchées par le chômage 

Chez les femmes, en moyenne plus confrontées au chômage que les hommes, le constat est différent. En ville, ce sont les femmes sikhs qui connaissent le taux de chômage le plus élevé, presque 17 % tandis que celui des chrétiennes s’élève à 15,6 %. En zones rurales, cependant, les femmes chrétiennes ont plus de difficultés pour accéder à un emploi. 

Ces chiffres par communautés complètent ceux révélés par le Premier ministre Narendra Modi en mai dernier : sur l’année 2017-2018, le taux de chômage s’est établi à 6,1 %, le plus haut depuis quatre décennies.

02 juillet 2019, 15:50