Recherche

Vatican News
Le premier ministre grec Alexis Tsipras dans un bureau de vote lors du deuxième tour des élections municipales, Athènes, 2 juin 2019 Le premier ministre grec Alexis Tsipras dans un bureau de vote lors du deuxième tour des élections municipales, Athènes, 2 juin 2019 

Les électeurs grecs déçus par Alexis Tsipras

Le parti de gauche grec Syriza accumule deux défaites en deux scrutins. Malgré la fin des programmes d’aide, les Grecs vivent encore la crise et le font payer par les urnes à la gauche qui n’a su tenir ses promesses.

Entretien réalisé par Marine Henriot

«C’est surtout une immense déception face à Alexis Tsipras», explique sans détour la spécialiste de la Grèce contemporaine, Joëlle Dalègre. «Il a fait plein de promesses qui n’ont pas été tenues», avance l’enseignante émérite à l’Inalco, arguant notamment l’exemple du référendum de 2015: les Grecs avaient voté non à 61% à la politique d’austérité par les créanciers du pays. Un choix non respecté par la politique du leader de Syriza, selon une partie des électeurs.

Après les élections locales du dimanche 2 juin, le parti de droite conservateur Nouvelle Démocratie (ND) revendique la victoire dans 12 régions sur 13. Les principales ville du pays, Athènes et Thessalonique, repassent aux mains de la droite. Des résultats qui confirment la tendance des élections européennes du 26 mai dernier: la Nouvelle Démocratie a devancé le parti du Premier ministre Syriza de 9,3 points, une victoire «inattendue» selon Alexis Tsipras, qui avait annoncé dans la foulée des législatives trois mois avant la date prévue, le 7 juillet. Ces élections s’annoncent déjà perdue pour la gauche, estime Joëlle Dalègre.

Le retour d’une dynastie au pouvoir

Ce scrutin marque également le retour de la dynastie Mitsotakis au pouvoir. Costas Bakoyannis, élu dimanche maire d'Athènes près de deux décennies après sa mère, n’est autre que le neveu de Kyriakos Mitsotakis, le dirigeant national de ND, qui sera le principal challenger d'Alexis Tsipras au poste de Premier ministre aux prochaines législatives anticipées de juillet.

Fils de Dora Bakoyannis, première femme maire d'Athènes élue juste avant les Jeux Olympiques de 2004, le nouvel édile est aussi le petit-fils de l'ancien Premier ministre Constantin Mitsotakis (1990-1993), décédé en 2017 à 98 ans. Sa mère, venue le féliciter dimanche, a également été ministre de la Culture sous le gouvernement de son père et plus tard, ministre des Affaires étrangères (2006-2009).

Entretien avec Joëlle Dalègre
04 juin 2019, 07:54