Cerca

Vatican News
Le cardinal Leopoldo Brenes, ici lors d'une conférence de presse en juin 2018. Le cardinal Leopoldo Brenes, ici lors d'une conférence de presse en juin 2018.  (AFP or licensors)

Nicaragua: le cardinal Brenes appelle à rejeter toute violence

Après les interventions de la police et des paramilitaires qui ont attaqué une manifestation samedi à Managua, le cardinal-archevêque de la capitale nicaraguayenne, Leopoldo Brenes, dénonce les trop nombreuses situations d’affrontement qui ensanglantent le pays.

«Pour moi, il est très triste de voir que nous continuons à nous confronter, et que se poursuivent les actions de violence qui sont en train de causer des blessés et des arrestations», a expliqué le cardinal Brenes en répondant aux questions des journalistes au terme d’une messe dans la paroisse de saint François de Paule, dans la ville de San Francisco Libre. Il a déclaré que les manifestations doivent être faites dans une démarche pacifique et non pas dans une ambiance violente, et qu’il ne doit pas y avoir d’affrontements.

La violence complique le travail des témoins dans le dialogue national

Un journaliste a demandé au cardinal si ces actes de violence voués à mettre un coup d’arrêt aux manifestations ne risquaient pas de faire obstacle au travail des témoins pour le dialogue, c’est-à-dire le nonce apostolique et le délégué de l’Organisation des États américains. «Je pense que chaque situation de violence peut nous faire faire un pas en arrière dans le dialogue, par rapport aux choses déjà négociées», a-t-il déclaré. Le cardinal regrette qu’il n’y ait pas encore un document écrit sur ce qui a été décidé à la table des négociations. «Nous espérons que tout cela puisse se faire le plus rapidement possible, comme le demande aussi le Pape». Il a par ailleurs rappelé que «les évêques, sans être présents physiquement à la table des négociations, prient beaucoup pour la bonne réussite des rencontres, afin que les déléguées présents se laissent envahir par la merveilleuse puissance de l’Esprit Saint, nécessaire pour continuer à dialoguer avec une grande sincérité».

La Croix Rouge doit libérer les prisonniers politiques

Pour ce qui concerne la libération des prisonniers politiques, le cardinal Brenes a déclaré que la Croix Rouge a la liste des détenus et qu’une annonce anticipée sur leur libération est prévue. Il a par ailleurs rappelé ce qu’il avait dit il y a quatre mois, souhaitant une rencontre entre les organisations qui ont la liste des prisonniers, comme la commission pour les droits humains, la police, le gouvernement, la commission pour la vérité, afin qu’une liste officielle soit publiée.

 

01 avril 2019, 18:55